GP d’Australie, part II

Et bien voilà.

Oubliées les critiques du premier grand-prix. Nous avons eu droit à Melbourne à une course de F1 pleine d’adrénaline, de dépassements, de rebondissements, de surprises etc…

Oubliés les leaders des équipes de pointe (à part RBR): Button a fait la nique à Hamilton, Massa a fait la nique à Alonso, Rosberg a fait la nique à Schumacher (ah! on me dit dans l’oreillette que c’était déjà le cas à Bahrein… 😉 ).

Oubliés les 2 changements de pneus de la première course. C’est d’ailleurs là que s’est jouée la course, sur la gestion des gommes. Ceux qui ont une une gestion des pneus à la gomme en sont pour leurs frais! Grâce à l’audace de Button qui chausse des pneus slicks au 12è tour, alors que la piste est encore très humide, il réussira à les conserver jusqu’à la fin. Victoire de la douceur et de la finesse? Toujours est-il qu’il n’est pas anodin de dire que les 4 premiers ont fait 50 tours avec les mêmes pneus tendres! Ceux qui ont changé (Hamilton, Rosberg et Webber entre autres), bien que plus rapides de 2-3 secondes au tour n’y purent rien.

Button a donc marqué son territoire chez Mac Laren et c’est sans doute très bien ainsi.

Notons la très belle course de Kubica qui montre une fois de plus qu’il est très solide.

Alonso fait partie des perdants de la course (finir derrière son équipier doit lui être insupportable…) mais au championnat est toujours en tête. Pas si perdant que cela donc.

Et Vettel me direz-vous? C’est hélàs lui le grand perdant du GP. Brillante Pole Position, brillant début de course en tête, il aurait certainement remporté la course sans ce satané problème. Christian Horner aurait d’ailleurs déclaré: « Fait chier ce putain de moteur de b****l de m***e! Comment?… Ah? C’est pas le moteur? Hum….. »

On a de la chance, plus que 3 jours et encore un Grand Prix!

A vous Cognac-Jay, à vous les studios.

Publicités

Grand Prix d’Australie, Part.1

Round 2…. la terre des kangourous, des boomerangs,du didgeridoo et du Mak’Ouebeur accueille la Formule 1 pour un Grand Prix qu’on espère mouvementé et disputé. A l’heure où vous lirez ces lignes, Robert Kubica aura signé le meilleur temps des EL1 et les EL2 seront déjà largement entamés. Le rapport de forces vu à Barhein sera-t’il maintenu, ou bien de nouvelles forces vives émergeront-elles? Quoi qu’il en soit, le régional de l’étape entendra certainement marquer son territoire… Il semble urgent d’attendre…

Futur best seller?

Alors, mine de rien, il y en un qui m’a épaté au GP de Bahrein, c’est Vitay Petrov.

Ok, ce n’est pas Alonso ou Vettel, mais j’ai bien aimé ses débuts. Discret, évitant les déclarations à l’emporte-pièce (comme Nelson Junior en son temps), visiblement bosseur, celui dont certains médias se moquaient ironiquement, rappelant ses débuts en championnat terre sur Lada en Russie, ou ses 3 ou 4 ans en GP2 avec « seulement » un titre de vice-champion, a fait une bien belle entrée dans le Circus.

Passant la Q1 sans emcombre, il commet une erreur en Q2 (qu’il a reconnue) et est stoppé en 17è position. Et au départ (et Dieu sait que cela doit être stressant un départ de F1), hop! il enrhume tout le monde par l’extérieur du virage N°1. Profitant ensuite de la cacophonie provoquée par la fumée de Webber et les tête-à-queue de Sutil et Kubica, il évite admirablement l’incident et se propulse en 11è position! Avouons que comme entrée en matière c’est plutôt pas mal. A confirmer diront certains. Oui, bien entendu, car rappelez-vous des débuts fracassants de Kobayashi au Brésil en 2009. Et bien en 2010 à Barhein, le même Kobayashi a été pour le moins transparent.

Mais revenons à Petrov. J’ai eu la chance de voir la vidéo embarquée d’Hulkenberg au départ du GP de Barhein (hélàs retirée depuis). Et bien effectivement, Vitaly Petrov, qui était derrière Nico Hulkenberg au départ, le double déjà dans la ligne droite au départ, puis Petrov est obligé de faire un écart pour éviter la Renault de Kubica et la Force India. Hulkenberg aussi fait un écart et retrouve la piste devant Petrov qui le redouble dans le virage suivant. Impressionnant je dois dire.

La course fut de courte durée pour Vitaly (rupture de suspension) mais j’attends impatiemment Melbourne pour voir s’il confirme!

En attendant, le premier pilote russe de l’histoire a marqué les esprits pour ses débuts!

Lotus, Senna, le retour chargé en émotion à Barhein…

Petite chose (sic) qui m’a interpellé lors du GP d’ouverture de la saison 2010: le retour de deux noms glorieux dans le F1 Circus: Lotus et Senna.

Chose amusante, ces deux noms ont été associés au milieu des années 80. Cette année il n’en est rien.

Bien sûr, les plus sceptiques pourront toujours dire que l’équipe Lotus 2010 n’a strictement rien à voir avec l’équipe fondée par Colin Chapman, et que Bruno Senna, n’est « que » le neveu du célèbre champion Ayrton et qu’il a tout à prouver. Ok, ok… Cela dit je trouve sympathique ce retour et leur souhaite tous les succès possible.

Je note en faisant ce dessin la similitude des couleurs: du vert (pas tout à fait les mêmes) , du jaune, un soupçon de blanc. Ne reste que le bleu nuit du casque de Bruno qu’on ne retrouve pas sur la Lotus. En revanche, Bruno a abandonné son casque Arai pour un Bell… comme tonton!

Et vous, ça vous titille la fibre nostalgique?

2010, une saison à la gomme?

Et oui mes chers amis,c’est bien la question que nous sommes en droit de nous poser!

On en salivait d’avance, se disant que les pilotes allaient devoir « gérer » les pneus et on se remémorait (pour les plus anciens) les duels fratricides des années 80… Il semble que cette mesure soit un peu tombée à l’eau, puisque Kubica, par exemple, obligé de changer de pneus au 12è tour, a fini la course (et visiblement à relative bonne allure) avec des pneus ayant tenu approximativement 35 tours. Espérons donc que des circuits plus intéressants que Barhein nous apportent un démenti.

Les perturbations aéro ont l’air AUSSI de jouer un rôle prépondérent dans le petit train-train auquel nous avons assisté dimanche. Quoi que, en début de course et à la fin, il y avait quelques beaux dépassement  à l’arrière. Wait and see?