GP Istanbul: des hommes Döner

Moui………… je sais……. vous vous dites que ce jeu de mots vient de loin, sans doute à pied, depuis la rive asiatique du Bosphore. Ok, ok…..

Ce que je voulais signifier par là c’est qu’en ce début de GP de Turquie, on sent poindre (du verbe poindre) un soupçon de rivalité dans les équipes de pointe entre les pilotes. Alors ce GP sera-t’il l’occasion pour Hamilton de prendre sa revanche sur Button (2 victoires à 0), ou bien Schumacher sur Rosberg, ou encore Massa sur Alonso, sans oublier Vettel sur Webber. Car à part chez Ferrari, c’est un peu la rebellion des « porteurs d’eau ». Les « leader » (ou supposés tels) arriveront -ils donc, à prendre le pas sur leur équipier, et s’en sortir avec les… honneurs? Sans coup bas, sans favoritisme de leur équipe. C’est en ce sens que va se jouer une partie du week end. En plus du Championnat. Les RBR seront-elles toujours imbattables ou bien, comme l’appelaient de leurs vœux Jacques Laffite, Christophe Malbranque et JL  Moncet au dernier GP de Monaco, en guise de danse de la pluie, la fiabilité leur fera-t’elle défaut? Pour le moment, les McLaren ont trusté les Essais Libres 1 et 2, occupant à chaque fois la première place, mais est-ce vraiment significatif?

En tout cas, j’espère que ce Grand Prix sera bien chaud… comme on les aime!