« Hit The Road Jack ! » *

Mon Cher Jacques,

Tu sais, on a à peu près le même âge, à quelques mois près. Comme toi j’ai des gosses (… euh.. en Français et en Québécois sans le texte), je voulais dire des enfants. Donc je me permets de te tutoyer.

Je sais qu’il faut croûter dans la vie. Donc avoir un métier. Sauf que toi tu es un sportif. Et dans le sport, plus que partout ailleurs, nul n’est éternel (demande à ton copain Michael Schumacher… ). Et je vais te dire une chose. J’ai vibré à ton arrivée en Formule 1. Tu es arrivé en vainqueur des 500 Miles d’Indianapolis, et effectivement très vite tu as été sacré Champion du Monde de F1 (en 1997). Tu as même gagné ton corps à corps avec Schumacher quand celui-ci a essayé de te sortir. Tu n’étais pas le « fils de »  Gilles Villeneuve mais bel et bien Jacques Villeneuve, pilote de F1. La classe.

Et puis après 11 victoires, 13 poles, 9 MT, la descente aux enfers avec BAR. Longue. Très longue. Trop longue.  Tu as sans doute cru que les 3 derniers GP chez Renault en 2004 te relanceraient. Même pas. Le résultat fut désastreux à tous les niveaux: sportif, image écornée, etc … Les années 2005-2006 chez Sauber ne furent pas plus reluisantes.

Aussi quand je t’ai vu te débattre à l’intersaison 2009-2010 pour retrouver un volant, que ce soit avec ces branquignoles d’USF1 ou de Stefan GP j’ai eu mal … pour toi. Je n’arrive pas à comprendre ce qui te pousse à tenter ta chance à nouveau dans des équipes minables. Regarde le Baron Rouge: on peut penser ce que l’on veut de son come-back, au moins celui-ci s’effectue-t’il dans une grande équipe, avec des moyens et des ambitions. Donc, cette semaine, mon cœur a encore saigné quand j’ai vu que Villeneuve GP était candidat pour être, en partenariat avec l’équipe de GP2 Durango, la 13è équipe de F1 en 2011. Avec toi comme pilote. Autant te le dire tout de suite: je n’ai pas envie de te voir te traîner en fond de grille et te prendre 3 tours à chaque GP et éventuellement gagner des duels sur la piste contre Chandock ou Yamamoto… Non, vraiment. Laisse cela aux jeunes. Si tu ne le fais pas pour moi, fais-le pour tes enfants.

Salut Jacques.

* Fiche le camp Jacques!