GP Hongrie: Je t’aime moi non plus…

Comme dit dans le billet précédent, Barrichello vient, à mon sens, de racheter des années de « larbinage » à la Scuderia.

Un blogueur m’a fait remarquer qu’il avait des pneus neufs alors que ceux de Schumacher étaient usés. Ok. D’accord. N’empêche. Ils lui a bien niqué la gueule au Kaiser (que les âmes sensibles m »excusent cet écart de language).

Mais ceci n’est qu’un épisode d’une course menée tambour battant par un Webber encore et toujours sur une autre planète. un peu inconstant le garçon ( à moins que ce ne soit sa monture), mais cette année quand il est là, il ne fait pas semblant. J’en fais mon favori pour le CDM, sachant que les autres prétendants sont déjà champion, donc je trouverais ça cool que ce soit lui.

Voilà c’est dit.