LE TRIOMPHE DU DOIGT VENGEUR.

« Voilà, c’est fini » comme dirait le chanteur Jean-Louis Aubert.

La saison de F1 2010, la plus longue de l’histoire et certainement une des plus passionnantes est terminée. Elle nous aura tenu en haleine jusqu’au bout. En ça, elle m’a beaucoup plu. Des 5 prétendants au titre (même si à la fin ils n’étaient plus que 4) je n’ai au final que du bien à dire (des réserves aussi parfois tout de même). Button, premier éliminé dans la course au titre a fait honneur je trouve à son titre: 2 victoires et quelques podiums dans cette nouvelle équipe où le chouchou s’appelle Hamilton, c’est très bien. Et dans un climat serein (n’est-ce pas monsieur Alonso?). Button a finalement été bien inspiré de quitter BrawnGP/ Mercedes. Son coéquipier, Hamilton, a encore montré tout au long de la saison son incroyable fougue. Un très grand qui aura en fin de carrière plusieurs titres n’en doutons pas.

Alonso: et bien on a retrouvé le grand Fernando. Le bagarreur. Celui qui ne lâche rien. Qui gagne le premier GP de la saison sur une nouvelle machine, dans un nouvel environnement et une nouvelle équipe. Et qui est en bataille jusqu’à la fin. Bien entendu l’histoire s’est mal terminée pour lui, mais sans doute plus suite à une erreur de stratégie de son équipe qu’à une faute lui incombant. Même s’il en a commis quelques unes au volant cette année. Malgré tout, au fil des années, j’ai un peu de mal avec son « tempérament » (« this is ridiculous », « I’m faster than him »…). Il n’en reste pas moins un formidable catalyseur d’hommes et d’énergie.

Chez RedBull Renault, mon favori, je l’avais déjà dit, était Webber dont j’apprécie la maturation lente (comme le bon vin). Quatre victoires magistrales cette année, mais hélàs! une fin de saison légèrement décevante. Bien sûr je dis cela en étant totalement étranger au Team, team dans lequel visiblement on lui a fait sentir à maintes reprises qu’il n’était pas le Messie. Mais, une fois passée la déception, Mark s’améliorant d’années en années, pourquoi ne reviendrait-il pas encore plus fort en 2011? Hein?

Au nom de l’Amitié Franco-Allemande, je tiens à féliciter Sebastian Vettel, Champion du Monde de F1 2010. Que dire? En toute objectivité, rien d’autre à mon sens que « Bravo ». Bon sang ne saurait mentir, dit-on. Un gars qui marque ses premiers points à son premier GP (ok, il y en a eu d’autres), qui signe sa première victoire lors de sa 1è saison complète de F1, sous le déluge de Monza, dans une Torro Rosso… là cela force le respect. Cette capacité qu’il a en outre de sortir ZE temps en qualifs sur un tour est incroyable. Ce type est une météorite. Rappelons qu’il était essayeur du vendredi chez BMW-Sauber à côté des titulaires Heidfield et Kubica. Dont on sait qu’ils ne sont pas manchots. Si on mettait en courbes leurs carrières respectives sur un même tableau cela donnerait un sacré graphique !!!

Alors comme beaucoup, je n’aime pas sa façon de montrer l’index quand il signe une prouesse, mais aujourd’hui je lui pardonne (comme s’il n’attendait que ça 😉 ). Habile transition pour parler d’index. Celui de Vettel vers le haut brille à présent et Alonso et la Scuderia Ferrari sont mis à l’index pour leur échec. La vie est parfois cruelle.

Je me pourlèche donc la babines en pensant à la saison 2011 qui devrait être de la même intensité… voire plus si Mercedes et Renault F1 arrivent à nous sortir de bonnes monoplaces. Le championnat de F1 2010 est mort, vive le championnat de F1 2011 !