Melbourne 1 sur 19, Moteur… Action… CLAP!

Enfin! IL est arrivé! Qui? Et bien ce premier Grand Prix de la Saison 2011! Faut dire qu’on l’aura attendu après l’annulation de la manche d’ouverture à Barheïn. Bref.

La lumière s’est enfin faite sur la plateau et la première scène a pu être jouée. Pour un tiercé qui balance entre classicisme et nouveauté. Classicisme pour le Champion du Monde en titre, pour son dauphin Lewis Hamilton (il fait partie des « classiques », déjà, non?), quoique cette deuxième place est quand même une nouveauté pour une McLaren que l’on disait à la peine. Mais encore une fois, l’équipe de Woking nous montre sa puissance de tir. La monoplace ne semblait pas être une réussite après 4 épreuves de tests, mais en 15 jours cela a cogité dur, fait un peu marche arrière pour finalement démontrer que cette voiture est tout simplement compétitive. Dans son cas il semblerait que ce fussent les « audaces » techniques qui ne fonctionnaient pas, mais, à l’évidence, la base était bonne. mais la vraie surprise (ou nouveauté) c’est une Lotus Renault GP sur le podium avec Vitaly Petrov. Je ne vais pas en faire des caisses sur le Russe (car visiblement presque tout le monde, au lendemain de ce GP s’ébroue sur l’air du « j’le savais qu’il avait du potentiel ce Vitaly, j’vous l’avais bien dit! »), mais juste une chose: le hasard a rarement sa place en F1. Aussi les 3/4 coups d’éclat réalisés en 2010 parlaient pour lui, à mon sens (départ de dingue à son 1er ou 2è GP sous la pluie, 7è en Chine,  5è en Hongrie, 6è à Abu Dhabi devant Alonso). Au passif, beaucoup de 15è ou 16è places, d’abandons (le crash au bout de 150 mètres au GP du Japon…) malgré tout, qui font que ça a dû chauffer pour lui cet hiver. Mais il s’améliore c’est certain. Ne nous leurrons pas, des bas il y en aura d’autres cette saison. Mais ce podium il est allé le chercher tout seul. Bravo, donc. La pression de la réussite est sans doute plus supportable que la pression de la défaite. Peut-être est-il du même modèle que Mark Webber, à maturation (très) lente. L’avenir nous le dira.

Alors en guise de dessin j’ai tout de suite pensé au western « Le bon, la brute et le truand ». Avec dans le rôle du « Bon » Sebastian Vettel, le CDM en titre, tout est logique, dans le rôle de la « Brute », Lewis Hamilton… car il s’est battu comme un beau diable pour rester au contact de Vettel, et qu’il a transformé le fond plat de sa monoplace en une sorte de feuille morte qui volait au vent! Et le « Truand », ben… c’est Petrov, parce qu’il les a bien truandés, les Alonso, Massa, Button, Schumi & Co!

Attention tout de même, car je pense que la Scuderia va recoller bientôt. Restent les Mercedes, réelle déception de ce début de championnat ( bon ok il y a aussi HRT, mais dans un autre registre). Saluons comme il se doit enfin la prestation du jeune Perez, qui a comme Petrov, une grosse étiquette « Pilote Payant » dans le dos, et qui montre qu’en général on n’arrive pas en F1 par l’action du Saint Esprit.