GP de Monaco 2011: les photos essclusives.

Ne me dites pas que vous n’avez pas apprécié de Grand Prix de Monaco tout de même! Avec environ une action toutes les 15 secondes, il y a eu du suspense jusqu’à la fin.

Et cette année, le Prince de Monaco ne s’appelle pas Albert mais Sebastian. Notez, ils ont un point commun, ils sont tous les 2 sponsorisés par Infiniti (l’un dans l’exercice de son travail, l’autre pour son futur mariage).

J’ai un regret malgré tout, que sous régime du drapeau rouge on puisse changer de pneus. Cela a tué les 6 derniers tours à mon sens. J’aurais mis sans doute 10/10 à cette course, mais là ce ne sera que 9/10. Bon, on ne va pas refaire le match, vous l’avez soit vu en direct, soit lu un compte rendu dans votre quotidien sportif préféré (hein, PFE?). J’apprécie cependant le retour d’Alonso aux avant-postes (est-ce dû juste à ce circuit atypique?), la bonne tenue de Button et l’agressivité d’Hamilton, même s’il a été plus d’une fois brouillon, voire un poil optimiste (rendant de ce fait les autres pessimistes). N’empêche, Lewis a montré qu’il avait un très très gros cœur. Sans doute parce qu’il est noir, ahahahahahah!…. (pour les gens qui lisent au 1er degré, « noir » est une référence à l’une de ses déclarations après avoir été sanctionné par les commissaires de la FIA).

Beaucoup de tôle froissée aussi ce week end: Petrov aux essais (museau), Rosberg (museau+ roue AVG, et roue AVD, et pontons gauche et droit, et aileron et sidepod et… bref, tout), Sergio Perez, brillant jusque-là et qui a frisé la correctionnelle sur ce ****** d’angle; Glock en course, ainsi que Hamilton, Massa, Sutil,re-Hamilton,  Alguersuari, Petrov (encore?), etc… (je dois en oublier…).

D’ailleurs, en EXCLU MONDIALE DE L’UNIVERS, les SEULES photos des monoplaces de Perez et Petrov que vous ne verrez nulle part ailleurs, prises après leur crash respectif! Alors c’est qui le plus fort?

Le « 1 » rouge, impair et gagne?

Nous y voilà! Le grand prix de tous les superlatifs. Bourré de Yacht people, de stars z’en tous genres, de pseudo-vedettes du show-biz, de « m’as-tu-vu » de bas étage. Voilà en réalité tout ce que j’exècre en ce bas monde. Les paillettes. Mes poils se hérissent quand, invariablement, je m’aperçois qu’année après année, le GP de Monaco rime avec glamour. Alors que, pour moi, Monaco c’est d’abord une piste improbable qui, si elle n’est pas la plus rapide du calendrier, n’en reste pas moins celle qui nécessite le maximum de confiance, en soi évidemment, et dans sa machine pour tutoyer les barrières. Celle qui ne récompense que les « gros cœurs », les braves, les audacieux. Et qui ne pardonne rien. Je me rappelle encore d’une course quasi gagnée par Ayrton Senna sur sa McLaren (en 1988 je crois) où, à cause d’un moment d’inattention, ou de perte de concentration, il se met dans le rail à l’entrée du tunnel, offrant ainsi la victoire à Alain Prost. Bref, une course d’hommes, de vrais.
Alors, malgré l’archi-domination de Sebastian Vettel en ce début de saison, peut-on à coup sûr parier sur lui? Ou Webber, le vainqueur de l’an dernier, se rappelera-t’il au bon souvenir de tous? A moins que le valeureux Hamilton ne leur dame le pion? Ou alors ce diable d’Alonso (qui aurait sans doute pu gagner en 2010 s’il n’avait pas chiffonné sa monture aux essais) nous montrera-t’il qu’il faut toujours se méfier d’un ibère en colère? Ou Massa… nan j’déconne…

Quoi qu’il en soit, ce que je peux vous révéler en exclusivité mondiale, c’est qu’il risque d’y avoir du suspense, et ce n’est pas pour me déplaire… En attendant, n’oubliez pas que le vendredi (oui… c’est poisson à la cantoche) on ne roule pas à Monaco (circuit ouvert à la circulation) et que c’est donc demain, jeudi, que commencent les essais 1 et 2.

Pour illustrer cette part d’inconnu, un clin d’œil au fameux Casino de Monaco ou je risque de ne jamais mettre les pieds.

BAR-CE-LO-NAAAAAAAAAAAA

Par pure fainéantise, je n’isole pas le dernier morceau du dessin du Paddock de Barcelone mais vous livre ici l’intégralité du dessin. Vous aurez ainsi une vision globale de la manière- quasi exacte- dont fonctionne le « Circus » en Catalogne. J’en profite donc pour faire un nouveau billet sur la course espagnole, n’ayant pas le temps de vous faire un dessin après les qualifs ce samedi.
Déjà les essais libres 1 et 2 sont passés et les RedBull…. sont toujours aux avant-postes! Espérons juste ne pas mourir d’ennui lors de la course! Bon GP à tous.

GP Barcelone: Immersion Totale

Vrai 1er GP européen de la saison, Barcelone est la piste la plus fréquentée de l’année, en raison de la course et des 3 séances d’essais privés de l’hiver 2011. Bien entendu les équipes arriveront avec des voitures sensiblement évoluées par rapport aux essais hivernaux, donc le rapport de force sera peut être différent.

Mais ça, vous le verrez à la TV. Ce que vous ne verrez pas en revanche, c’est l’envers du décor. Or, ici même au cœur de le Internet mondial, je vous propose -comme toujours- un document essssssclusif, rien que pour vos yeux, une vue éclatée du Paddock du circuit de Montmelo. Pour une meilleure compréhension, j’ai découpé le dessin en plusieurs tranches que nous verrons au fur et à mesure de la semaine. Nous commençons aujourd’hui par une des extrémités du Paddock: les « Hospitalités » ou (Motor-Homes)… de l’arrière-cour. L’équipe choisie est Lotus Renault GP, dont je suis proche, vous le savez, mais elles sont toutes à peu près sur le même schéma. J’espère que vous prendrez plaisir à regarder ces images.

As usual, cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Une histoire de gommes…

Donc après ce 4è GP, la Turquie, on a bien vu que la bonne stratégie consistait à s’arrêter 4 foix. Tous les leaders l’ont fait, hormis Button qui finit 6è avec des pneus détruits, mais avec 5 tours de plus Heidfeld lui passait devant.

Qu’il y ait autant de changement de pneus ne me dérange pas (pour l’instant). Qu’ils se dégradent aussi rapidement non plus (toujours pour l’instant). Par contre, ces boulettes de gomme hors trajectoire, quelle horreur! Cela signifie que celui qui met les roues en dehors de la trajectoire se retrouve avec ces fameuses boulettes qui vont le gêner plusieurs tours durant; et on nous dit qu’on veut du spectacle (=dépassements). Mais s’il n’y QU’UNE trajectoire, comment voulez-vous qu’ils doublent??? Enfin ne nous plaignons pas, du dépassement il y en a eu, ce qui ne change rien au final pour la victoire. Du dépassement en veux-tu en voilà, d’ailleurs. C’est vrai que cela doit faire mal, à machine plus ou moins égale, de se faire mettre un vent par votre poursuivant juste à cause de l’Aileron Mobile. On n’y peut rien, à part lui rendre la monnaie de sa pièce le tour suivant (on l’a vu à plusieurs reprises durant cette course, Massa/Rosberg au tour 20 et 22 et Webber/Alonso, tour 52).

Bref, pour les GP suivants, nous prions ardemment Saint Ferrari, Saint McLaren, Saint Mercedes et Saint LRGP de venir chatouiller les boulettes des RedBull, sans quoi, malgré l’agitation dans les rangs, on risque de s’ennuyer.

Le temps m’étant compté en ce moment, vous n’aurez qu’une esquisse.

Bonne semaine à tous, et merci de votre fidélité!