Une histoire de gommes…

Donc après ce 4è GP, la Turquie, on a bien vu que la bonne stratégie consistait à s’arrêter 4 foix. Tous les leaders l’ont fait, hormis Button qui finit 6è avec des pneus détruits, mais avec 5 tours de plus Heidfeld lui passait devant.

Qu’il y ait autant de changement de pneus ne me dérange pas (pour l’instant). Qu’ils se dégradent aussi rapidement non plus (toujours pour l’instant). Par contre, ces boulettes de gomme hors trajectoire, quelle horreur! Cela signifie que celui qui met les roues en dehors de la trajectoire se retrouve avec ces fameuses boulettes qui vont le gêner plusieurs tours durant; et on nous dit qu’on veut du spectacle (=dépassements). Mais s’il n’y QU’UNE trajectoire, comment voulez-vous qu’ils doublent??? Enfin ne nous plaignons pas, du dépassement il y en a eu, ce qui ne change rien au final pour la victoire. Du dépassement en veux-tu en voilà, d’ailleurs. C’est vrai que cela doit faire mal, à machine plus ou moins égale, de se faire mettre un vent par votre poursuivant juste à cause de l’Aileron Mobile. On n’y peut rien, à part lui rendre la monnaie de sa pièce le tour suivant (on l’a vu à plusieurs reprises durant cette course, Massa/Rosberg au tour 20 et 22 et Webber/Alonso, tour 52).

Bref, pour les GP suivants, nous prions ardemment Saint Ferrari, Saint McLaren, Saint Mercedes et Saint LRGP de venir chatouiller les boulettes des RedBull, sans quoi, malgré l’agitation dans les rangs, on risque de s’ennuyer.

Le temps m’étant compté en ce moment, vous n’aurez qu’une esquisse.

Bonne semaine à tous, et merci de votre fidélité!