Le « 1 » rouge, impair et gagne?

Nous y voilà! Le grand prix de tous les superlatifs. Bourré de Yacht people, de stars z’en tous genres, de pseudo-vedettes du show-biz, de « m’as-tu-vu » de bas étage. Voilà en réalité tout ce que j’exècre en ce bas monde. Les paillettes. Mes poils se hérissent quand, invariablement, je m’aperçois qu’année après année, le GP de Monaco rime avec glamour. Alors que, pour moi, Monaco c’est d’abord une piste improbable qui, si elle n’est pas la plus rapide du calendrier, n’en reste pas moins celle qui nécessite le maximum de confiance, en soi évidemment, et dans sa machine pour tutoyer les barrières. Celle qui ne récompense que les « gros cœurs », les braves, les audacieux. Et qui ne pardonne rien. Je me rappelle encore d’une course quasi gagnée par Ayrton Senna sur sa McLaren (en 1988 je crois) où, à cause d’un moment d’inattention, ou de perte de concentration, il se met dans le rail à l’entrée du tunnel, offrant ainsi la victoire à Alain Prost. Bref, une course d’hommes, de vrais.
Alors, malgré l’archi-domination de Sebastian Vettel en ce début de saison, peut-on à coup sûr parier sur lui? Ou Webber, le vainqueur de l’an dernier, se rappelera-t’il au bon souvenir de tous? A moins que le valeureux Hamilton ne leur dame le pion? Ou alors ce diable d’Alonso (qui aurait sans doute pu gagner en 2010 s’il n’avait pas chiffonné sa monture aux essais) nous montrera-t’il qu’il faut toujours se méfier d’un ibère en colère? Ou Massa… nan j’déconne…

Quoi qu’il en soit, ce que je peux vous révéler en exclusivité mondiale, c’est qu’il risque d’y avoir du suspense, et ce n’est pas pour me déplaire… En attendant, n’oubliez pas que le vendredi (oui… c’est poisson à la cantoche) on ne roule pas à Monaco (circuit ouvert à la circulation) et que c’est donc demain, jeudi, que commencent les essais 1 et 2.

Pour illustrer cette part d’inconnu, un clin d’œil au fameux Casino de Monaco ou je risque de ne jamais mettre les pieds.