FAIT RARE EN MALAISIE, MALAISE CHEZ FERRARI

Après ce 1er Gp j’aurais pu vanter la magnifique victoire de Jenson Button, la solide 2è place de Vettel, les belles 6è et 8è places des Sauber, la grosse remontée de Raikkonen, l’extraordinaire 3è place en qualifications de Grosjean, les très bons débuts et Jean-Eric Vergne et de Charles Pic.

Ou alors déplorer la course en demie-teinte d’Hamilton, de Maldonado, des Mercedes ou des Caterham.

Mais en fait, non.

Je crois qu’il vaudrait mieux se pencher au chevet de Maranello qui a vécu un tremblement de terre magnitude 7,5 sur l’échelle de Richter à Melbourne.. Ok, Alonso finit à une honorable 5è place, mais on se doute bien que c’est à bout de bras qu’il a porté sa machine à ce niveau. Massa, jamais à moins de 1 seconde pleine en qualification et en course donne sans doute une meilleure idée de la compétitivité de sa monoplace. Quand on connait la patience sans limite du Taureau des Asturies, on se demande combien de temps cette union va encore durer. On peut visiblement se demander aussi combien de course Sergio Perez va effectuer chez Sauber avant de rejoindre la Scuderia. Évidemment, Ferrari a les moyens de se refaire durant la saison. Et le fera probablement. Mais j’ai encore en mémoire la descente aux enfers de cette équipe fin 79, jusqu’à l’arrivée de Schumacher/Todt/Brawn, une vingtaine d’années plus tard.

C’est pourquoi je soumets, via le dessin ci-dessous, une solution radicale aux Rouges. Mais qui fera peut-être des victimes.

La réponse dans 36 heures, environ.