Votre Quota de Cartoon…

Je vous vois bien là, demandant : « où qu’c’est qu’il est le cartoon du GP d’Austin? »… Bah… il est là, sous vos yeux (ébahis)… Voici donc ma vision, mon interprétation de cette course où, une fois z’encore, ce diable de « Lou-iss » a remporté haut la main le duel… et de manière irréprochable… Cela devient vraiment embêtant pour Vettel, notez, cette énième défaite… Ils voudraient perdre le championnat, qu’ils ne s’y prendraient pas autrement… non, je rigole, mais, force (pas India) est de constater que la Scuderia prends des Scuds plein la tête depuis 4 courses… Est-ce cette année sa meilleure opportunité de gagner? … le futur nous le dira… Quoi qu’il en soit, avec 66 points d’avance, Hamilton peut être serein pour le futur… à 3 courses de la fin… Bien entendu « it ain’t over until it’s over » ( rien n’est fini avant la fin), mais on se dirige droit vers le 4è titre du pilote de Mercedes, si Ferrari ne réagit pas, ce qui nous emmenerait vers une saison 2018 où 2 quadruples champions s’affrontent (notez, l’affiche est belle). Mais revenons à ce GP d’Austin, qu’en avez-vous pensé? Êtes-vous d’accord avec ma vison de la course ? Bonne lecture, et en tout cas à très vite, le week end prochain étant un week end de Grand Prix !

(Cliquez sur l’image pour avoir la HD de la mort qui tue )


Publicités

Happy Birthday Kimi Räikkönen!

Je vous sentais frileux sur le dernier article, normal, il était sombre.

Aussi me suis-je dit qu’il était temps de chausser des pneus neufs et de vous offrir une nouvelle piste!
En ce jour d’anniversaire, nous avons une pensée pour Kimi …. qui rejoindra « El Toro » des Asturies l’an prochain. Et là… j’vous dit pas, il y aura forcément de l’électricité dans l’air. Un jour ou l’autre. Oh bien entendu, début 2014, tout sera rose chez les Rouges, on célèbrera moult foix l’entente cordiale qui y règne, le fair-play des 2 pilotes, leur sens du devoir commun pour la Scuderia. Ce dont on peut être à peu près certain, c’est que Ferrari (à moins d’un loupé sur la monoplace) sera très haut au Championnat Constructeurs, car Fernando et Kimi devraient quand même engranger de sacrés points (surtout que chez RBR Ricciardo aura une période d’adaptation). Restera les inconnues Mercedes et McLaren. Qui devraient quand même être là et bien là. Quant à Lotus, bah on aura je le souhaite un Grosjean serein, et sans doute un Hulkenberg très motivé. La monoplace E22 ne devrait pas être mal, sachant que cela fait 2 ans que les chassis d’Enstone sont très bons.

Allez, JOYEUX ANNIVERSAIRE KIMI, profite bien passque l’année prochaine ce sera une autre paire de manches! 😉

Kimi_Birthday_2013_spanish

Daniel Redbullo

Enfin, nous avons une partie des clés des transferts; le baquet le plus convoité est attribué: c’est Daniel Ricciardo qui sera le successeur de Mark Webber dans le baquet de la Red Bull N°2 (oui parce que sauf cataclysme, c’est bien Vettel qui sera sacré Champion du Monde en 2013 et qui arborera le N°1 sur sa monoplace en 2014). Souhaitons au passage à l’équipier de Sebastian une retraite pleine de succès en Endurance avec Porsche.
Les réseaux sociaux se sont donc enflammés après la nomination de ce rital, nan, de cet australien cher RBR. Cette virulence était sans doute due au fait que son équipier,  Jean-Eric Vergne était -injustement?- oublié. Le marketing aura sûrement décidé que celui qui a le plus d’expérience, bien que moins de points que son équipier, et surtout une nationalité plus « sexy » devrait faire l’affaire. On a longuement parlé de Kimi Raikkonen pour ce baquet. Prendre un « djeun » est sans doute une décision plus raisonnable pour préparer « l’après » Vettel. Car c’est bien de la survie de l’équipe dont il s’agit. Admettons que le triple CDM allemand quitte RedBull pour… Ferrari en 2015/2016, hein? Qui va apporter ce supplément d’âme et surtout ces titres (et les dollars qui vont avec)? Un jeune assurément, comme l’a été Vettel en 2008. Un gars qui a les dents qui raient le plancher. Dans le cas de Ricciardo, vu sa dentition, n’ayons aucun doute sur sa détermination. Sur son talent, attendons de juger sur pièces avec une monoplace « Neweyenne ».
Mauvaise nouvelle donc pour notre « frenchie » JEV. Quoique. L’an prochain, puisque semble-t’il, il sera reconduit dans ses fonctions, il disposera du bloc Renault. Si ce dernier est à la hauteur de ces prédécesseurs, il pourrait briller.
La fin de saison ne va cependant pas manquer de sel pour les 2 pilotes Toro Rosso: l’un sera épié comme jamais, et l’autre ne pourra QUE prouver à sa direction qu’ils ont commis une lourde erreur en ne le choisissant pas.
J’ai évoqué Kimi Raikkonen. A l’heure où j’écris ces lignes (jeudi soir) , il semblerait qu’il ait déclaré que la porte n’était pas fermée pour un nouveau contrat avec Ferrari. Je pense que, même s’il est partant pour la Scuderia, le petit taureau des Asturies mettra son veto. Il a déjà toutes les peines du monde avec sa monoplace depuis plusieurs années (2010) en ayant pour équipier Massa (hahahahaha), alors vous imaginez la saison 2014 avec une F1 moyenne et un équipier encombrant? Impossib’! Autant l’Espagnol est un compétiteur hors-norme, au talent immense, autant il ne SUPPORTE visiblement PAS la concurrence interne comme l’ont montré ses années Renault F1 et McLaren.
A propos d’Alonso, n’écartons pas ce week-end à Monza une splendide victoire des Rouges, ils sont toujours à bloc dans leur pays d’origine.
Mais laissons place à ce fantastique dessin de Daniel Ricciardo où l’on voit un Vettel belliqueux qui va s’employer en 2014 à le démolir dans les règles de l’art, genre: « Mais il connait pas Raoul ce mec, il va avoir un réveil pénible. J’ai voulu être diplomate à cause de vous tous, éviter que le sang coule, mais maintenant c’est fini. Je vais le travailler en férocité, le faire marcher à coup de lattes ! A ma pogne je veux le voir ! Et je vous promets qu’il demandera pardon ! Et au garde à vous ! »
DanieleRicciardo2013_jpeg

Courber la Chine

Petit retour sur ce Grand Prix de Chine.
Tout d’abord, félicitations à Fernando Alonso, victorieux dimanche à Shanghaï. Une vraie belle victoire, avec du panache, sans consigne d’équipe ou d’abandon d’adversaires. C’est sa 31è victoire et il devient l’égal de Nigel Mansell (« are you big moustache? »), soit le 4è ex-æquo plus grand vainqueur de l’histoire de la F1 (devant lui, Senna avec 41 victoires, Prost, 51 et Schumacher…. 91).
Très belle deuxième place d’un Raikkonen… qui aurait pu disputer la victoire si:
– il n’avait pas fait un départ à la Webber, perdant 2 places
– il n’avait rencontré l’arrière de la McLaren de « Cheko » Perez et n’y avait laissé beaucoup de carbone (aileron avant et museau).

Très belle 3è place d’Hamilton qui prouve que Mercedes a vraiment dessiné une bonne wouature et il faudra compter avec eux cette année (à moins qu’en vue du changement important de réglementation pour 2014 une partie des équipes abandonnent le développement des monoplaces actuelles, on verra).

Vettel a tenté un coup de poker avec les pneus qui finalement n’a pas payé mais Sebastian a promis d’être sur le podium à Bahrain. Il finit tout de même 4è et est en tête du championnat.

La grande déception, elle vient bien entendu de Romain Grosjean. Neuvième à l’arrivée en partant de la sixième position. Vous l’avez d’ailleurs abondamment commenté hier. Qu’elle qu’en soit la cause, cette mauvaise position est une déception pour ses fans, mais aussi et surtout pour lui. Il se plaint de sa monoplace depuis 2 courses, mais semblait l’avoir retrouvée en qualifications. Et puis en course, patatras, plus rien ne semble aller. Les dirigeants de l’écurie, ainsi que les ingénieurs, n’ont pas l’air de faire référence à un quelconque problème sur le châssis.
S’apercevra-t’on qu’il y a un vice caché, est-ce dû au fait qu’il n’ait pas les dernières évolutions (difficile d’avoir 2 jeux complets si loin des bases…), ou est-ce un problème de pilote? Concernant cette dernière hypothèse, j’ai du mal à l’accréditer. En effet, on peut penser ce que l’on veut du garçon, il sait que cette année est sa dernière chance en F1; Il aura donc à cœur de ne pas la gâcher. D’ailleurs, Romain a pris un très bon départ, se retrouvant 6è au premier virage. Son premier relai a été bon, mais il ressort P15 après son premier arrêt au 8è tour. Et ensuite il naviguera entre la 8è et la 10è place, pour finir 9è. Certain qu’il aurait espéré beaucoup mieux. On a bien vu en 2012 sa pointe de vitesse, et parfois son inconstance. Sur ce dernier point, il semble avoir maîtrisé ses démons. Il ne reste plus qu’à faire de gros résultats. Si, pour employer une expression à la mode en F1 « tout se met à fonctionner en même temps ». Je redis donc ici que je suis persuadé qu’il vaut mieux, et qu’il nous le montrera dans un futur proche. Comme je dis sur twitter #GoRomain!

Et, juste pour rigoler, un petit dessin, absolument pas méchant en forme de clin d’œil à notre meilleur représentant sur la grille de départ.

Romain_GPCHine001_jpeg

Romain_GPCHine001_En_jpeg

Les Diamants sont éternels.

Ce grand prix d’Abou Dhabi, riche en rebondissements nous a offert un tiercé d’exception: 1 Raikkonen, 2 Alonso, 3 Vettel. Trois grands champions dont il faut se féliciter de les voir réunis sur un podium.

Kimi: très belle victoire au panache, même s’il est vrai qu’Hamilton la lui a sans doute servie sur un plateau en abandonnant au 20è tour sur panne. On ne saura jamais si Kimi aurait pu gagner sans cet abandon. Mais, sa victoire, il l’a construite dès le 1er virage. En admettant que l’abandon de Lewis était un fait inéluctable, la suite des opérations consistait à être celui qui pourrait reprendre le leadership. Et en se retrouvant 2è au premier virage (il était 4è, souvenez-vous sur la grille, suite au déclassement de Vettel), il fut celui-là. Reconnaissons que sa wouature, même si elle se comporte bien, n’est ni une RedBull, ni une McLaren, ni une Ferrari. Il fallait donc la garder cette P1, et sa grande science de la course a fait le reste. Même avec deux Safety Cars qui ont anéanti l’avance qu’il avait su se constituer. Chapeau bas, Kimi, il vient de prouver que son retour après 2 ans d’absence est un succès (et sa 3è place au championnat aussi).

Fernando: 6è sur la grille, il a encore fait un magnifique départ. Alors on pourra dire que lui aussi a eu un poil de chance, comme Kimi: l’abandon de Lewis, la « non-course » de Mark Webber, le sabordage de Maldonado (3è sur la grille et 5è à l’arrivée). Bref, au-delà de la chance, c’est sa vision de la course ainsi que sa très grande maîtrise qui l’ont propulsé à cette 2è place amplement méritée qui fait de lui à ce jour le seul challenger en lice de Vettel pour l’attribution du Titre de Champion du Monde de F1 2013. Au passage, sa monture, au sujet de laquelle on entend dire tout et n’importe quoi, ne doit quand même pas être si mauvaise que ça.

Sebastian: dans mon for intérieur, je me demande si ce n’est pas lui « l’homme de la course ». Parti dernier après avoir été exclu des qualifications, ayant en outre fait très peu de tours lors des essais, il nous a démontré qu’il avait du panache. De dernier donc, il est remonté aux alentours de la 14è place avant de s’arrêter pour changer d’aileron. Il repart -encore- dernier pour finir finalement 3è! Comme les 2 pilotes précédemment cités, lui aussi a eu de la chance (même plus) que Lewis, Mark, Felipe, Nico, Schumi, Perez, Romain et consorts aient eu des ennuis/pépins/abandons. Et du coup, ce qui s’annonçait comme un calvaire pour lui ne l’a pas été. Il ne concède que 3 points à Fernando au Championnat qui se jouera sur 2 courses (USA et Brésil).

Donc finalement, ces 3 pilotes ont eu le cul bordé de nouilles (si vous me permettez cette expression gauloise) mais c’est sans conteste la marque des champions: savoir saisir la chance quand elle se présente. Ze right man, at ze right moment, at ze right place, dit-on.

C’est donc de là que découle le titre emprunté à Ian Fleming, les diamants sont éternels. Ils ont brillé de 1000 spots dans la nuit d’Abou Dhabi. Ce qui, par association d’idées, m’a amené hier soir à faire ce dessin.

Allez, hop, 2 semaines de repos. Adieu l’Emir, je t’aimais bien tu sais, comme disait Jacques Brel, mais maintenant il me tarde de découvrir le circuit qui valait 3 milliards d’Austin (pigé la blagounette?), valonné à souhait.

QUI ABU…

… Evidemment dans un pays où l’on ne boit pas d’alcool, je ne pouvais écrire « … boira ».
Bien que j’aie l’impression que certains vont boire… le calice jusqu’à Abu Dhabi, voire jusqu’à la lie. A commencer par Fernando, qui, si on peut déjà être certain qu’il vendra cher sa peau avec un petit podium, risque d’être dompté par la machine de Newey. Un taureau battu par un autre, en somme (nan, pas le département, suivez un peu, c’est fatiguant).
« Pendant ce temps-là Grand’ Père court après la bonne »… je veux parler de Schumacher qui va chercher à obtenir une bonne performance, histoire de se rappeler au bon souvenir de tous.
Je crains donc que ce GP soit une procession ennuyeuse, avec Sebastian devant, les autres derrière. A moins que son alternateur Magnetti Marelli ne fasse des siennes! Ou qu’alors le cave se rebiffe (… Mark Webber of course!).

En attendant, votre serviteur a repris du service comme il pouvait. Je serai donc aux manettes des Live Cartoons ce dimanche après-midi. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, voici le dernier cartoon en date… EN FRANÇAIS! Ça vous la coupe, ça, hein?

Bon GP à vous, mettez-vous en plein les mirettes bicause il n’en reste que 3… à noter pour les Français que pour le GP d’Austin, TF1 la joue mini (ahahah… Austin… mini…. tu l’as comprite?) et comme la course débute à 20h, l’heure de la Grand’Messe du Journal de Claire Chazal.. ben… il ne sera diffusé que sur €urosport. Mais il existe des solutions alternatives, moi-même je n’ai pas regardé un seul GP à la télé cette année.

MEA CULPA, MAXIMA CULPA

L’homme, voyez-vous, se trouve parfois à la croisée des chemins.
Quand on exprime une opinion sur la Toile, on peut être juste, être dans le faux ou simplement se retrancher derrière le paravent de l’humour, de la satire. Mais dans ce cas, même en essayant d’être amusant, on peut parfois dire des bêtises aussi grosses que soit. Alors que je fais un billet sur la méforme des Ferrari avant le GP de Sepang, j’imagine la seule solution viable pour que les Ferrari soient rapides et dans le coup: les jeter des fameuses tours Petronas. On voit bien sur le dessin que la monoplace va entraîner dans sa chute Felipe Massa qu’elle va écraser comme une vulgaire boulette de gomme. J’en était plutôt content de ce dessin. Mais ça, c’était avant le drame…
Le drame de cette satanée météo malaisienne, imprévisible, extrêmement changeante. Tellement surprenante que la performance des Ferrari en qualification sur le sec était en tout point concordante avec mon dessin… Pensez-donc, 9è pour Alonso et 12è (hors Q3) pour Massa. Et puis dimanche il y a une ce fichu déluge… qui a dû faire rouiller les articulations des mécanos McLaren, tant ils ont été mauvais, et qui a entraîné la chute des McLaren (bien aidée par une HRT pour Button). La conséquence, vous la connaissez: Alonso 5è en début de course se retrouve -presque- par enchantement en tête après le second départ. Tête de course qu’il ne quittera plus. Pour offrir sans doute là une des victoires qui resteront dans la annales de la F1. Je dois vous confier que j’ai pris grand plaisir à revoir le GP pour bien comprendre le déroulement des choses, car pendant la course, occupé à suivre la course, noter les faits marquants et dessiner en Live pour Lotus F1 Team, j’avais assisté à toute l’action mais en restait dubitatif. Et pourtant tout cela était vrai.
J’aurais pourtant dû me douter que ce diable de Fernando pouvait malgré la faiblesse de sa monture réaliser un miracle. Puisqu’il en a déjà fait. Remember: Singapour 2008*. Même s’il avait été vaguement (sic) aidé par Flavio, Pat et Nelsinho, il avait réussi la gageure de remonter de la 15è place à la 1è avec une monoplace exangue. Une semaine après, au Japon, il gagnait à nouveau, sans aide extérieure, avec une voiture qui ne valait rien. Qui ne valait que par son talent. Immense.

Aussi ai-je pris la décision de présenter publiquement mes excuses à Fernando.. J’avoue, j’ai hurlé avec les loups. Péché d’orgueil, de vanité?

Quoi que. Si on regarde bien le dessin du billet précédent, j’avais vraiment tout juste. L’homme le plus haut et le plus en vue, à Sepang au soir de la course était bien Fernando, non? C’est bien lui qui a fait que la Ferrari était rapide, non? Comme sur le dessin. Et c’est bien à Sepang que Massa a été broyé, haché menu (il finit 14è). Bon, j’affiche quand même le rapide dessin de repentance, qui sait, il me vaudra peut-être des points bonus le jour où je rejoindrai le paradis des aficionados de F1!

* Merci à Indianalain de m’avoir fait remarquer une erreur concernant la date.