Sir Fernando Alonso.

Et bien voilà. He did it. Il l’a fait. Arracher une victoire à Sebastian Vettel. Bien entendu, certains grincheux diront qu’il a bien été aidé par le changement de réglementation sur les diffuseurs soufflés, d’autres par l’arrêt calamiteux du Champion du Monde en titre. Mouais. Il n’empêche que la Ferrari revient dans le rythme depuis 3/4 GP. Et dimanche dernier, reconnaissons que nous avons eu à faire à du beau Fernando. Celui qui ne lâche rien. Celui qui me plait en réalité. J’ai, outre sa victoire, particulièrement apprécié l’arrivée: en sortant de sa voiture, c’est un visage radieux, souriant et content, qu’il nous a offert. Je n’ai pas décelé un poil de sourcil froncé (genre revanchard), et j’ai aimé les tapes vraiment amicales données dans le dos de Vettel et Webber. Autant quand il n’est pas content, il m’agace prodigieusement (vous savez quand il a la tête des mauvais jours) , autant le compétiteur heureux me plait.

Donc Fernando Alonso a remporté le Grand Prix de Silverstone. Ce qui le replace un tant soit peu au championnat où il revient à la 3è place; mais assez loin malgré tout de Vettel. Cependant, il est comme le prédateur qui, sentant le sang de sa proie, va continuer à la traquer jusqu’au bout; Et on verra bien.

Mais il y a une chose qui me parait plus importante, c’est qu’en gagnant la course dimanche, Fernando a glané sa… 27è victoire. Et alors me direz-vous? Et bien cela fait de lui l’égal, en nombre de victoires, de Sir Jackie Stewart. Excusez du peu. Désormais, il n’y a plus devant lui que Schumacher (91 victoires), Prost (51), Senna (41) et Mansell (31). Comme sa carrière est loin d’être terminée, gageons qu’il dépassera le vieux moustachu dans pas très longtemps. Et figurez-vous que désormais, toujours en nombre de victoires, il laisse derrière lui: Jim Clark, Niki Lauda, Fangio, Piquet (le père, hein, pas le fils…), Hill (Damon, mais aussi Graham) , Hakkinen, Raikkonen, Moss, et tant d’autres. Et ça, ça cause velu.

A titre de comparaison, dans les pilotes en activité, Vettel (16 victoires), Hamilton (15), Massa (11), Barrichello (10), Button (10), Webber (6), Trulli et Kova (1) sont loin derrière. On pourrait rajouter Kubica (1).

Donc pour cette victoire en terre anglaise (… et pour les 60 ans de Ferrari), monsieur Alonso je vous tire mon chapeau, et vous anoblis par ce petit dessin.

(clic on ze dessin)