2012 CHAMPION OF CHAMPIONS: ROMAIN GROSJEAN

Saluons comme il se doit la victoire de Romain Grosjean à La Course des Champions, disputée cette année à Bangkok. Vous me raconterez parce que je ne l’ai pas vue. Mais d’après ce que j’ai compris (via le site officiel http://www.raceofchampions.com ), Romain qui faisait équipe avec S. Ogier en Coupe des Nations a fini 2è derrière le duo Schumacher-Vettel et surtout 1er en « individuel » en battant tout à tour Vettel en 1/4, Schumacher en 1/2 et Kristensen (môssieu 8 victoires au Mans) en finale. Alors on bouder notre plaisir, c’est une immmmense victoire, même si elle compte pour du beurre. Vettel, un habitué, comme son compatriote Michael ne sont pas du genre à laisser leur part au chien. Pour ce dernier je suis même persuadé qu’il aurait tué son frère Ralf pour emporter à la veille de sa retraite le titre de « CHAMPION DES CHAMPIONS ». Mais ce petit blanc-bec de Grosjean l’en a privé. Et alors quoi? Alors Romain montre à ceux qui en doutaient qu’il est extrêmement rapide, et qu’il peut résister à la pression. Rien de mieux que cela pour finir l’année sur une note positive et dans un bon état d’esprit, tout en rassurant son actuel employeur sur le fait qu’il peut le faire designer pour 2013. C’est tout le mal qu’on lui souhaite! Je pense d’ailleurs que la confirmation va arriver sous trrrès peu. Mais chut 😉

Grosjean_ROC2012_jpeg

Winners & Loosers…

… des gagnants et des perdants!
Allez petit jeu des post-it©… j’ai fait au pied levé en « one shot » des portraits de pilotes de la saison 2012. Les reconnaissez-vous? Tous? Ils vous inspirent quoi ceux-là, sur l’ensemble de la saison? (je précise que le choix est arbitraire… les autres suivront).
pilotes_2012001

RENCONTRE AVEC ROMAIN, 2è partie!!!! [Par Mumu]

Il est 12h15, rien ne bouge, pas de skippeur en vue. Les petits commencent à avoir faim. Alors nous nous dirigeons vers un restaurant. Nous nous mettons à table et nous commandons. Là pour moi monte l’angoisse et si Romain allait sur le bateau pendant que je suis au restaurant. Il est si près de moi, je ne peux pas m’imaginer ne pas le voir.
13h, nous sortons du restaurant et nous retournons au 3ème ponton. Nous jouons avec les enfants. 2 heures plus tard, toujours rien pas un mouvement sur le monocoque ‘Bureau Vallée ». Je vais à nouveau voir une personne à la barrière et elle me dit qu’il faut aller au ponton n°1. C’est ce qu’on fait, je parle avec une personne de l’organisation qui me dit que vu l’emplacement du bateau, j’aurais plus de chance de voir Louis au 3ème ponton. Là je suis un peu décourager mais j’y retourne.
il est 15h30, je retourne encore une fois au 3ème ponton. Et j’attends une personne demande à la même personne de la sécurité si Romain va remonter par ce ponton. A ce moment-là, je comprends que Romain est descendu au bateau et que je l’ai manqué à faire ces aller-retour entre le 1èr et le 3ème ponton. Le vigile fait semblant de ne pas comprendre et après, il sort Romain Grosjean celui qui casse pleins de voitures, qui fait des cartons ???
Là, je réagis. « Attention à ce que vous dit » et je lui montre mon T-shirt Lotus. Il a un sourire en coin. Le monsieur qui avait demandé si Romain était là, était accompagné de sa femme et son fils qui est fan de Romain. On se met à parler en attendant Romain qu’on surveille avec un appareil photo pour voir s’il revient vers nous.
16h00, les organisateurs ouvrent le 3ème ponton en 2 (c’est un ponton pivotant) pour faire passer les 20 zodiacs qui accompagneront les bateaux le lendemain. C’est à ce moment-là que Romain et Marion descendent du bateau. Avec le jeune homme, on se dit que c’est fichu, Romain va être obligé de passer par le ponton N°1. Mais non, à notre grande surprise et notre joie. Ils s’arrêtent à la barrière du ponton 3 et attendent que ce ponton re-pivote.
Romain et Marion arrivent, je les vois s’approcher. ça y est, je vais pouvoir lui parler. Je sors les cadeaux, je l’appelle, il me regarde. Je lui crie que j’ai des cadeaux pour lui. Il s’approche de moi (Marion reste en retrait avec un membre de l’équipe de Louis) en me demandant ce qu’il a fait pour mériter des cadeaux. Je lui dis que c’est parce qu’il est un excellent pilote que je le suis depuis plusieurs années et que je suis le team depuis 2004. Je lui donne ces cadeaux, je lui explique que j’ai vu une de ces vidéos où il dit qu’il a toujours des bonbons cachés dans la chambre lors des GP mais qu’il fait attention pour ne pas grossir. Je lui dis de ne pas tout manger d’un coup, pour ne pas prendre de poids (il rigole). Il est content, je lui montre mon t-shirt « c’est bon ça » me dit-il. Je lui demande s’il peut me signer mes 2 casquettes, ce qu’il a fait. Je lui parle du blog de Cirebox, je lui dis qu’il a un bonjour de tous les bloggeurs. « C’est gentil ça ».
Nous nous mettons l’un à côté de l’autre pour qu’on nous prenne en photo. Mais la catastrophe, mon appareil ne marche plus, les piles sont mortes mon fils a pris trop de photos des bateaux. Je sors mon téléphone portable pour faire la photo. Il rigole quand il voit mon fond d’écran, bien évidemment c’est une photo de lui. Je lui répond qu’il me suit partout (il voit que je suis une vrai fan) A ce moment -là, Marion vient nous dire qu’il faut que Romain part mais qu’il peut revenir plus tard. Je lui demande dans combien de temps car j’attends depuis 10h. Romain lui dit d’attendre un peu que nous fassions la photo. Un clic est ça y est, j’ai ma photo. Vraiment MERCI ROMAIN !!!!

Sir Fernando Alonso.

Et bien voilà. He did it. Il l’a fait. Arracher une victoire à Sebastian Vettel. Bien entendu, certains grincheux diront qu’il a bien été aidé par le changement de réglementation sur les diffuseurs soufflés, d’autres par l’arrêt calamiteux du Champion du Monde en titre. Mouais. Il n’empêche que la Ferrari revient dans le rythme depuis 3/4 GP. Et dimanche dernier, reconnaissons que nous avons eu à faire à du beau Fernando. Celui qui ne lâche rien. Celui qui me plait en réalité. J’ai, outre sa victoire, particulièrement apprécié l’arrivée: en sortant de sa voiture, c’est un visage radieux, souriant et content, qu’il nous a offert. Je n’ai pas décelé un poil de sourcil froncé (genre revanchard), et j’ai aimé les tapes vraiment amicales données dans le dos de Vettel et Webber. Autant quand il n’est pas content, il m’agace prodigieusement (vous savez quand il a la tête des mauvais jours) , autant le compétiteur heureux me plait.

Donc Fernando Alonso a remporté le Grand Prix de Silverstone. Ce qui le replace un tant soit peu au championnat où il revient à la 3è place; mais assez loin malgré tout de Vettel. Cependant, il est comme le prédateur qui, sentant le sang de sa proie, va continuer à la traquer jusqu’au bout; Et on verra bien.

Mais il y a une chose qui me parait plus importante, c’est qu’en gagnant la course dimanche, Fernando a glané sa… 27è victoire. Et alors me direz-vous? Et bien cela fait de lui l’égal, en nombre de victoires, de Sir Jackie Stewart. Excusez du peu. Désormais, il n’y a plus devant lui que Schumacher (91 victoires), Prost (51), Senna (41) et Mansell (31). Comme sa carrière est loin d’être terminée, gageons qu’il dépassera le vieux moustachu dans pas très longtemps. Et figurez-vous que désormais, toujours en nombre de victoires, il laisse derrière lui: Jim Clark, Niki Lauda, Fangio, Piquet (le père, hein, pas le fils…), Hill (Damon, mais aussi Graham) , Hakkinen, Raikkonen, Moss, et tant d’autres. Et ça, ça cause velu.

A titre de comparaison, dans les pilotes en activité, Vettel (16 victoires), Hamilton (15), Massa (11), Barrichello (10), Button (10), Webber (6), Trulli et Kova (1) sont loin derrière. On pourrait rajouter Kubica (1).

Donc pour cette victoire en terre anglaise (… et pour les 60 ans de Ferrari), monsieur Alonso je vous tire mon chapeau, et vous anoblis par ce petit dessin.

(clic on ze dessin)

Melbourne 1 sur 19, Moteur… Action… CLAP!

Enfin! IL est arrivé! Qui? Et bien ce premier Grand Prix de la Saison 2011! Faut dire qu’on l’aura attendu après l’annulation de la manche d’ouverture à Barheïn. Bref.

La lumière s’est enfin faite sur la plateau et la première scène a pu être jouée. Pour un tiercé qui balance entre classicisme et nouveauté. Classicisme pour le Champion du Monde en titre, pour son dauphin Lewis Hamilton (il fait partie des « classiques », déjà, non?), quoique cette deuxième place est quand même une nouveauté pour une McLaren que l’on disait à la peine. Mais encore une fois, l’équipe de Woking nous montre sa puissance de tir. La monoplace ne semblait pas être une réussite après 4 épreuves de tests, mais en 15 jours cela a cogité dur, fait un peu marche arrière pour finalement démontrer que cette voiture est tout simplement compétitive. Dans son cas il semblerait que ce fussent les « audaces » techniques qui ne fonctionnaient pas, mais, à l’évidence, la base était bonne. mais la vraie surprise (ou nouveauté) c’est une Lotus Renault GP sur le podium avec Vitaly Petrov. Je ne vais pas en faire des caisses sur le Russe (car visiblement presque tout le monde, au lendemain de ce GP s’ébroue sur l’air du « j’le savais qu’il avait du potentiel ce Vitaly, j’vous l’avais bien dit! »), mais juste une chose: le hasard a rarement sa place en F1. Aussi les 3/4 coups d’éclat réalisés en 2010 parlaient pour lui, à mon sens (départ de dingue à son 1er ou 2è GP sous la pluie, 7è en Chine,  5è en Hongrie, 6è à Abu Dhabi devant Alonso). Au passif, beaucoup de 15è ou 16è places, d’abandons (le crash au bout de 150 mètres au GP du Japon…) malgré tout, qui font que ça a dû chauffer pour lui cet hiver. Mais il s’améliore c’est certain. Ne nous leurrons pas, des bas il y en aura d’autres cette saison. Mais ce podium il est allé le chercher tout seul. Bravo, donc. La pression de la réussite est sans doute plus supportable que la pression de la défaite. Peut-être est-il du même modèle que Mark Webber, à maturation (très) lente. L’avenir nous le dira.

Alors en guise de dessin j’ai tout de suite pensé au western « Le bon, la brute et le truand ». Avec dans le rôle du « Bon » Sebastian Vettel, le CDM en titre, tout est logique, dans le rôle de la « Brute », Lewis Hamilton… car il s’est battu comme un beau diable pour rester au contact de Vettel, et qu’il a transformé le fond plat de sa monoplace en une sorte de feuille morte qui volait au vent! Et le « Truand », ben… c’est Petrov, parce qu’il les a bien truandés, les Alonso, Massa, Button, Schumi & Co!

Attention tout de même, car je pense que la Scuderia va recoller bientôt. Restent les Mercedes, réelle déception de ce début de championnat ( bon ok il y a aussi HRT, mais dans un autre registre). Saluons comme il se doit enfin la prestation du jeune Perez, qui a comme Petrov, une grosse étiquette « Pilote Payant » dans le dos, et qui montre qu’en général on n’arrive pas en F1 par l’action du Saint Esprit.