Chant « Aïe » à Shanghaï

« Aïe », c’est sans doute ce que disent les concurrents de Mercedes GP. Ferrari, RedBull, McLaren, Lotus, FI et Sauber.
Visiblement ils ne leur laisseront que les miettes. C’est un peu les enseignements de ce GP de Chine, ainsi que de l’ensemble des 4 premières courses de 2014.
Hélàs, oui je dis bien hélas, nous risquons fort de revivre une domination sans partage cette saison. Tant pis pour le sport. On peut toujours rêver de voir RBR et Ferrari revenir, mais il est déjà un peu tard, non? Car les Flèches d’Argent ne vont pas s’écrouler d’un coup.

Cela dit, rien à dire sur Hamilton. Au top cette année, on lui donne une bonne caisse, il s’en sert! Je sens bien un 2è titre pour lui cette saison. Mais il garde ce côté charmeur, sympa et souriant qu’on lui connaissait. C’est vraiment l’un des tous meilleurs, comme en témoigne ses débuts tonitruants en 2007 face à Alonso. Alonso avec qui il s’échange des accolades, preuve que les médias ont essayé de les monter l’un contre l’autre sans effet. il y a 2 ans j’avais trouvé son passage chez Mercedes pure folie. Quand on voit les performances de Mercedes et McLaren aujourd’hui, on ne peut que lui donner raison dans la gestion de sa carrière.
Bref, il signe, outre sa 3è victoire d’affilée, son 25è succès en F1. Ouaip, rien qu’ça! Il devient de facto l’égal de Jim Clark et Niki Lauda. Ah ouais quand même, même si l’on ne peut comparer les époques et les machines.
Petit dessin pour lui rendre hommage, donc.

 

GPCHINA_PostRace copie

Publicités

MERC… ATO!

NON! Je ne veux pas dire que la Maman de Lewis Hamilton est d’obédience catholique et que son rejeton change de chapelle. Quoi que…

Mais évidemment je veux vous parler de la nouvelle du jour, voire de l’année: Lewis Hamilton, ce pilote d’exception, champion du monde 2008, quitte la 2è plus importante écurie de F1 de tous les temps non pas pour aller dans la première mais… la 4è. Etrange, non? Surprenant pour le moins. Ses motivations? Sans aucun doute financières. Et psychologiques aussi, peut-être. Biberonné depuis l’âge de 12 ans par l’écurie de Woking, il a certainement voulu « tuer le père » et tenté d’aller voir si l’herbe était plus verte (comme les dollars) ailleurs. Et se prouver qu’il pouvait s’attirer la gloire, la réussite et les titres ailleurs. Autant dire que la tâche s’annonce ardue. La bonne nouvelle est que, dans l’intérêt du Championnat, nous avons désormais la certitude que Mercedes est là sur le long terme, alors qu’on les annonçait sur le départ. Réussir à conserver une grande équipe est toujours bon pour B€rnie!

L’autre -bonne- nouvelle, est que son remplaçant chez McLaren est Sergio Perez, qui semble être un véritable espoir en devenir, et qui va pouvoir faire étalage de son talent.

Mais des cocus dans cette histoire il y en a plusieurs.
McLaren, d’abord. Quelle trahison! L’enfant « chéri » s’en va, quitte le domicile familial. Peut-être jouera-t’il dans 2 ou 3 ans l’enfant prodigue (lui l’enfant prodige) en revenant au bercail quand il se sera aperçu de son erreur en n’obtenant pas les résultats escomptés. Ron Dennis doit citer Jules César: « Tu quoque mi fili » (« Toi aussi mon fils ») lorsqu’il fut transpercé de 23 coups de couteaux par Brutus, son fils (là je parle de César, tué par son fils, pas de Dennis, hein?).

L’autre cocu de l’histoire est le plus grand Champion de tous les temps (du moins en statistiques): Michael Schumacher. Poussé vers la sortie comme un malpropre. En plus, c’est la deuxième Foix de sa carrière que cela lui arrive, souvenez-vous comment la Scuderia lui avait montré la porte pour faire de la place à Raikkonen (à qui on réservera le même traitement en 2009 pour l’arrivée d’Alonso). Ô Tempora, Ô Mores! (« Quelle époque, Quelles mœurs! »). Ainsi donc, celui qui revint de sa longue retraite pour -il faut bien l’avouer- aider largement Mercedes à faire son retour en Formule 1 (voui, passque c’est pas avec le jeune Rosberg qu’on déplace les foules, avouons-le, aussi sympathique et talentueux soit-il), est remercié de manière peu élégante (à mon avis). Lui offrira-t’on un poste de « super conseiller » technique sous la coulpe de Ross Brawn en guise d’os à ronger? J’avoue, sans honte, que ça va me faire quelque chose de le voir partir comme ça, la queue basse.. Au-delà de ses bévues à répétition, ce pilote -que je n’ai jamais aimé- m’avais bluffé avec ce retour. Rien à gagner (sportivement parlant), tout à perdre (descendre de son piédestal de Dieu vivant de la F1), et puis à 40 balais et des poussières, oser se mesurer à de jeunes loups aux dents logues, ça avait de la gueule! Bon je vous rassure, au milieu de l’année prochaine je l’aurai oublié. Mais bon, Schumi doit comprendre en ce moment toute la signification du terme « ingratitude ».

Toujours au rayon des cocus, j’ai nommé Sauber! La poule aux œufs d’or (Telmex) s’en va (enfin très certainement). Et avec elle, celui qui finalement lui a rapporté à ce jour 66 points, soit un paquet de dollars. On lui souhaite (à Sauber) d’arriver à boucler le budget 2013, car il fait partie des vrais passionnés de F1, à l’instar de Williams, à défaut de concourir dans la catégorie des équipes les plus funs.

Vu que Perez faisait partie de la Ferrari Academy, je ne sais pas si c’est pour les Rouges une bonne ou une mauvaise nouvelle de perdre cet espoir? L’avenir nous le dira.

En attendant, un petit dessin de Lewis, fait ce matin avec un texte en Anglais qui dit qu’il n’aura pas à changer la couleur de son kakse, vu qu’il avait déjà l’Étoile Mercedes dessus. Une bonne étoile?

 

Hamilton dans le jardin d’Eden.

Retour rapide sur le Canada.
On a donc eu la chance (oui moi je trouve que c’est une chance… pour les spectateurs et le spectacle, voire la compétition) d’avoir un 7è vainqueur en 7 courses.
Cette fois-ci, Lewis Hamilton était ZE homme de la situation, l’homme heureux qui vit dans un Paradis inaccessible. Il signe une brillante victoire nous montrant l’étendue de son talent.
L’histoire nous dira si ce WE à Valence nous auront un 8è vainqueur. En France on parle beaucoup de Romain Grosjean, mais j’imagine qu’au Mexique on parle de Perez, en Allemagne de Schumi, etc… Par contre au Brésil il parait qu’on ne parle pas de Massa pour jouer la gagne 😉
Nous verrons bien.

Vous aurez très vite le Cartoon pre-Valence en French dans le texte.
A bientôt les amis.

GP de Chine: Et Lewis ne bouda pas son plaisir…

Wahou… quel course! Que de dépassements, que d’action, que d’incertitudes! Une vraie course de F1! Podium presque inespéré, un Hamilton rusé (dans les stratégies) et combatif qui fait trébucher l’homme fort du moment: Sebastian Vettel.

J’adore Vettel. Ce type est brillant, doué et précoce. Mais je déteste les dominations absolues, j’ai l’impression de replonger 10 ans en arrière à l’époque de l’hégémonie Schumacher où -avouons-le-  on s’ennuyait ferme. En plus cela tombe très bien avant 3 semaines d’intervalle, ça va gamberger dur dans les usines!  Ne nous leurrons pas, les 18 points engrangés par Vettel feront sans doute la différence en fin de saison. Mais en l’occurrence, saluons comme il se doit la victoire de Lewis Hamilton. Bon sang quel pilote!

Saluons au passage l’énorme course de l’Australien Webber: 18è sur la grille, 3è à l’arrivée, il n’y a pas beaucoup d’exemples comme cela (de mémoire, Schumi l’a fait avec Ferrari, Coulthard (à Spa?) et Kimi à l’époque McLaren aussi). Webber qui, s’il n’a pas gagné, doit être super content de voir son « team mate » se faire mater!

Petites déceptions chez: LRGP, 2 points après 2 podiums consécutifs ça parait maigre, Les Sauber moins véloces (pourtant les 2 pilotes sont des attaquants), et un Alonso dont la monture n’est pas au meilleur de sa forme.

Petite interrogation: les MGP ont eu l’air dans le coup (enfin… Rosberg) en course. Info ou intox?

Maintenant, soyons prêt à affronter 3 semaines de vaches maigres avant le prochain GP. Portez-vous bien!