Qualifications GP Silverstone, la douche froide

GPSilverstone_Quali_2014 copie

Bonjour à tous, il semblerait que Vettel et Button sont revenus d’entre les morts, à comprendre aux avant-postes. On les avait bien vite enterrés ces deux-là, ils ont profité de la terre humide Anglaise pour ressorti devant nos yeux.

Quelle douche froide largement répandue sur les rouges de Ferrari et à sembler noyer le Martini de Williams en passant, ces deux écuries abandonnent en Q3, nous avons pu observer, lorsqu’une sauber s’en alla jouer dans le bac à sable et provoquer un drapeau jaune, la mine déconfite de Mattiacci et Sir Franck Williams, voyant échouer leurs bolides là où les Marussia, Caterham et autres Sauber mettent pied à terre en circonstances normales. Grosses erreurs de pilotage et surtout stratégique, dans le montage tardif de pneus slicks.

Cela à permis à nos trois français d’animer les débats en Q1 et Q2, enchaînant pour JEV et Jules les meilleurs tours, avant de se faire chopper les chronos par des monoplaces plus rapides et une piste séchante. Mais loin de démériter nos p’tits bleus comme ceux du ballon rond, ils se sont battus avec leurs armes jusqu’à être battu par plus fort et stratège que soi.

Enfin la Q3 récompense les pilotes courageux, en effet une averse apparue dans les premières minutes de la dernière section de qualification est venue redistribuer les cartes et tester les nerfs et l’agilité des pilotes. Les ingénieurs demandant à leurs pilotes respectifs de revenir aux stands le temps que cette eau nettoie la piste des gravillons encore répandus par une Sauber, Sutil ne pouvant s’empêcher de tester son agilité pour les montages de châteaux de sable en fin de Q2 en provocant une fois encore un drapeau jaune empêchant dans ces circonstances grasses mouillées, Romain d’améliorer son chrono et rejoindre le top 10.

C’est les plus courageux décidant de monter un train complet de slicks à bande blanche et empruntant une piste mouillée, qui l’emportent, à ce jeu d’adresse, sur un troisième secteur de piste quasiment sec, ceux qui n’ont pas fait d’erreur dans les deux précédents secteurs se retrouvent à l’avant de la grille, dans l’ordre Rosberg, Vettel et Button. Hamilton décidant lors du dernier run de lever le pied dans le secteur 2, en ne pensant pas que son chrono pouvait être battu, alors qu’il venait d’annoncer à son ingénieur que la piste glissait vraiment.

Donc bravo au culot de Rosberg, qui assène là encore un gros coup au moral du Briton Lewis! Et félicitation aux funambules biens trop vite enterrés que sont Seb et Jenson.

Ne sachant pas avec le dieu météo de Silverstone (toujours très arroseur et taquin) de quoi sera fait le GP en question de temps, j’ose espérer qu’une bruine vienne perturber cette course. Silverstone tient toutes ses promesses

 

 

 

« CANADA WET »: ÇA A LA COULEUR DE LA VICTOIRE, L’ODEUR DE LA VICTOIRE… ET C’EST UNE VICTOIRE!

Oulàlà les enfants….. 5 jours après le GP du Canada et pas de billet! Toutes mes confuses, je ne vois pas le jour en ce moment!

 

Alors ce GP du Canada? Mmh? Chouettos, non?

J’vais vous dire, la défaite des Flèches d’argent m’a fait super plaizzzz’! Ouaip! En vrai! Comment ça méchant? Du malheur des autres tu ne riras point! Tu parles, 6 GP d’ultra domination, moi j’en pouvais déjà plus! Les vainqueurs à répétition, c’est un peu lassant, non? J’ai eu peur un moment qu’on ne retombe dans l’ère Schumacher/Ferrari, à la différence notable que là les potentiels vainqueurs sont 2! Mais quand même… Que le vainqueur ou l’équipe victorieuse soient toujours les mêmes, hum, bon… mais qu’en plus il n’y ait aucune résistance de la concurrence, alors là moi je sature vite!

Mais la Fée Mécanique veillait et nous a offert une course de toute beauté, grâce notamment à l’abandon, de Lewis et aux soucis des 2 Mercedes, même s’il y a eu de la tôle froissée, et pas qu’un peu… Alors sans cela me direz-vous, aurait-on échappé à un doublé Mercedes? Bien sûr que non. Ils auraient gagné haut la main, seul l’ordre était à déterminer entre Rosberg et Hamilton. Mais à cause -ou  grâce- à leur baisse de régime, Daniel Ricciardo a su profiter de l’opportunité pour « croquer » Rosberg dans l’avant dernier tout et s’offrir sa première victoire. L’ironie de l’histoire est évidemment que ce ne soit pas Vettel qui ait profité de ce faux pas des Gris… Ce qui rend cette victoire inattendue que plus belle. Celle d’un petit jeune, très sympa, qu’on savait rapide (diablement… puisqu’il écrase Vettel cette année) mais qui n’avait pas encore eu l’occasion de nous le démontrer. Sûr que ce n’est qu’un début pour le jeune Australien, qui prouve à l’ami Webber qu’on peut venir du pays des kangourous et ne pas s’en laisser compter par les Teutons! Alors à tous ceux à qui cette victoire a fait plaisir, comme à moi, je dis: PROFITEZ! Profitez de cette légère euphorie, certes grisante, car à mon humble avis à Zeltweg ou Silverstone, les Mercedes seront reparties vers le succès. Je peux me tromper, of course, mais ne rêvons pas.

Quoi qu’il en soit, le fait que cette spirale de domination soit brisée ne peut être que bénéfique pour la F1.

 

Bon, et vous? Qu’avez-vous pensé de cette course? Et l’accrochage Massa Perez, qui est fautif?

 

RB_Cartoon_CanadaRIC

 

 

Melbourne 1 sur 19, Moteur… Action… CLAP!

Enfin! IL est arrivé! Qui? Et bien ce premier Grand Prix de la Saison 2011! Faut dire qu’on l’aura attendu après l’annulation de la manche d’ouverture à Barheïn. Bref.

La lumière s’est enfin faite sur la plateau et la première scène a pu être jouée. Pour un tiercé qui balance entre classicisme et nouveauté. Classicisme pour le Champion du Monde en titre, pour son dauphin Lewis Hamilton (il fait partie des « classiques », déjà, non?), quoique cette deuxième place est quand même une nouveauté pour une McLaren que l’on disait à la peine. Mais encore une fois, l’équipe de Woking nous montre sa puissance de tir. La monoplace ne semblait pas être une réussite après 4 épreuves de tests, mais en 15 jours cela a cogité dur, fait un peu marche arrière pour finalement démontrer que cette voiture est tout simplement compétitive. Dans son cas il semblerait que ce fussent les « audaces » techniques qui ne fonctionnaient pas, mais, à l’évidence, la base était bonne. mais la vraie surprise (ou nouveauté) c’est une Lotus Renault GP sur le podium avec Vitaly Petrov. Je ne vais pas en faire des caisses sur le Russe (car visiblement presque tout le monde, au lendemain de ce GP s’ébroue sur l’air du « j’le savais qu’il avait du potentiel ce Vitaly, j’vous l’avais bien dit! »), mais juste une chose: le hasard a rarement sa place en F1. Aussi les 3/4 coups d’éclat réalisés en 2010 parlaient pour lui, à mon sens (départ de dingue à son 1er ou 2è GP sous la pluie, 7è en Chine,  5è en Hongrie, 6è à Abu Dhabi devant Alonso). Au passif, beaucoup de 15è ou 16è places, d’abandons (le crash au bout de 150 mètres au GP du Japon…) malgré tout, qui font que ça a dû chauffer pour lui cet hiver. Mais il s’améliore c’est certain. Ne nous leurrons pas, des bas il y en aura d’autres cette saison. Mais ce podium il est allé le chercher tout seul. Bravo, donc. La pression de la réussite est sans doute plus supportable que la pression de la défaite. Peut-être est-il du même modèle que Mark Webber, à maturation (très) lente. L’avenir nous le dira.

Alors en guise de dessin j’ai tout de suite pensé au western « Le bon, la brute et le truand ». Avec dans le rôle du « Bon » Sebastian Vettel, le CDM en titre, tout est logique, dans le rôle de la « Brute », Lewis Hamilton… car il s’est battu comme un beau diable pour rester au contact de Vettel, et qu’il a transformé le fond plat de sa monoplace en une sorte de feuille morte qui volait au vent! Et le « Truand », ben… c’est Petrov, parce qu’il les a bien truandés, les Alonso, Massa, Button, Schumi & Co!

Attention tout de même, car je pense que la Scuderia va recoller bientôt. Restent les Mercedes, réelle déception de ce début de championnat ( bon ok il y a aussi HRT, mais dans un autre registre). Saluons comme il se doit enfin la prestation du jeune Perez, qui a comme Petrov, une grosse étiquette « Pilote Payant » dans le dos, et qui montre qu’en général on n’arrive pas en F1 par l’action du Saint Esprit.