RIP, DON’T RIF

RIP: anglicisme signifiant « REPOSEZ EN PAIX »
RIF: Cireboxisme signifiant, ‘Don’t Rest In Formule 1″ (je ne traduis pas)

Ainsi donc, le grand ménage de printemps aura lieu cette année en F1 avec, à ce jour, 8 pilotes présents en 2012 qui nous quitterons. Visiblement, tous ont plus ou moins été poliment poussés vers la sortie, même si les causes diffèrent.
Vous les connaissez ces pilotes victimes de chaises musicales: Schumacher, poussé à la retraite par l’arrivée d’Hamilton, Kobayashi sorti par Hulkenberg et Guttierez, Karthikeyan et De la Rosa sortis par la crise, et des soldats inconnus dont on n’a aucune nouvelle: Senna, Kovalainen, Petrov. Le dernier en date est Glock dont l’équipe russe navigue en eaux roubles et cherche des devises… Visiblement certains pilotes regrettent déjà Timo. ON va pas s’mentir, pas moi. Et ne faites pas les choqués car vous aussi vous vous en tamponnez le coquillard contre la suspension de Glock!
Bref il risque d’y avoir du sang neuf.Tant mieux dans un certain sens.
Bref (2) je testais cet après midi un nouveau logiciel (sketch book copic édition) et vous adresse mon premier essai qui illustre mon propos.
Cimetierre F1 copie

Publicités

RG: VOL 714 POUR ENSTONE

Wôhoooo! Et de deux! Deux, comme deuxième Français à signer en F1 pour 2012, après Charles Pic, et deux comme deuxième chance pour Romain Grosjean. Même si c’était dans l’air du temps, face à un Petrov muni d’un contrat et d’un Senna qui avait l’avantage de 8 courses dans les pattes, ainsi que de généreux sponsors, c’est finalement le petit Romain qui a été promu. Bon, ok, avec un généreux sponsor aussi, le pétrolier Total. Qui, comme la société Elf autrefois, a « poussé » un de ses pilotes en F1. Bravo.
Pour le coup, ceux qui trouvaient les choix de Lotus Renault GP timorés en terme de pilotes (oubliant au passage la désaffection-sans jeux de mots- de Kubica début 2011), en sont pour leur frais: le Champion du Monde de F1 2007 et le Champion (du Monde aussi même si le titre ne le dit pas…) de GP2 2011. Le revers de la médaille, c’est que -finalement- ces deux là auront sans doute un temps de réadaptation: l’un à cause de son absence de 2 ans, l’autre… aussi, mais surtout par sa méconnaissance de certains circuits.Mais les essais de l’intersaison les y aideront.
Tiens, je note que leurs carrières respectives en F1 se sont arrêtées le même jour à la même heure , le 1er novembre 2009 à Abou Dhabi, après la course, et qu’elle recommencera le même jour à la même heure, le vendredi 16 mars à 10h locales aux essais libres 1 du GP de Melbourne. Amusant, non?
Et vous, vous en pensez quoi de ce retour de Romain?

MONZA: le Rouge est de mise (mais pas celui qu’on croit).

Encore une pole position d’enfer de Sebastian Vettel à Monza! Encore. Et comment! Le Champion du Monde en titre a encore atomisé la concurrence. Le rouge est toujours de mise à Monza (ne serait-ce qu’à cause de la couleur des t-shirts et drapeaux des Tifosi)… et bien avez-vous remarqué que Vettel a remplacé le gris de son kakse par du… rouge? Sur les terres de sa première victoire en 2008 sur la modeste Toro Rosso (tiens… encore du … rouge…) il n’a laissé aucune chance à son équipier et aux McLaren pourtant revigorées. Quant aux vrais rouges, ils ont l’air d’être à la peine, non?
Petit accessit à Petrov qui fait une jolie 7è place avec une cheville douloureuse et un cocard à l’œil suite à un match de foot jeudi. On n’ose imaginer ce qu’aurait fait Kubica dans ces conditions (3è?). Allez bon GP à vous.

Le dernier trappeur.

D’abord, bonjour. Bonjour à toi lecteur. Je ne parle évidemment pas à la programmation de TF1. Je les conchie. Oser me priver de MON GP du Canada. Heureusement qu’on peut facilement pirater Eurosport sur le Net. Ça leur apprendra à vouloir vendre des minutes de cerveau libre et dispo à Coca Cola.

Bon, bref. Et alors ce Grand Prix? J’espère que vous avez tous pu le voir. Ça en valait la peine! Quel course, mes aïeux! C’est quand même ‘achement bien quand il faut attendre le dernier tour pour connaître le vainqueur, non? Par contre si la pluie y a été pour beaucoup dans le résultat, ne comptez pas sur moi pour réclamer à Bernie d’arroser toutes les courses. Non, ce serait un non sens. Là, il y a quand même l’incertitude de la pluie: va-t’y tomber? Va-t’y pas? Quand? Où? Le hasard en un mot.

Revenons à la course… quelle course de ce tocard de Button, quand même. Je dis tocard car c’est à peu près ce que je pensais de lui à sa période Williams/Renault/Bar/Honda. C’est vrai qu’il a pris de l’épaisseur chez Brawn, bien aidé en cela par le double diffuseur qui lui a donné un avantage certain. Mais reconnaissons que si son pilotage et son sens de l’attaque ne le hisseront jamais à la cheville d’un Alonso ou d’un Hamilton, il y a un flair et une aptitude à sauter sur la moindre occasion qui est belle chez lui. On le dit tendre avec ses pneus; personnellement je n’en sais rien, mais il est vrai qu’il n’a pas un style de pilotage hyper spectaculaire. Force est de reconnaître qu’il a le mérite d’être efficace. Une belle victoire donc, qu’il est allé chercher et qui a le mérite de relancer le championnat (ou plutôt de suspendre l’hégémonie de Vettel). Le grand perdant de dimanche n’est pas Vettel qui est toujours confortablement en tête du championnat, mais Hamilton, dans l’œil du cyclone. Les journalistes le disent nerveux. Effectivement en piste c’est brouillon-brouillon. Quand on se met à prendre de la cocaïne avec ses amis du showbiz, faut pas s’attendre à des miracles (pure invention de ma part, ne spéculez donc pas là-dessus).

Fernando Alonso aussi a perdu gros. Très bon tout le week end, il a semblé limite en course par rapport à Massa. Enfin jusqu’à son abandon. Massa qui, justement est devenu transparent après le retrait de son coéquipier.

Schumacher m’a fait -une fois n’est pas coutume- plaisir à voir, en attaquant comme un jeune chien fou. Il a gagné 10 ans sur cette course. Webber, mine de rien a fait aussi une très jolie course, bien que peu passée à la TV. Kobayashi par contre, un moment deuxième, aurait pu espérer sans doute mieux. Que voulez-vous, il faut être patient. Petrov a bien tenu son rang sous ce déluge. Finalement, à défaut d’être foudroyant, il devient constant. Ce qui n’est déjà pas si mal.

Et vous vous en avez pensé quoi de ce WE québécois? Et Le Mans, vous vous y êtes intéressés? Belle bataille sarthoise, où le Lion n’a pas réussi à sauter les 4 anneaux. Peut-être faudrait-il penser à changer de dompteur?

Bref, en guise d’illustration, Button le trappeur Canadien nous montre sa belle prise du week end!

GP de Monaco 2011: les photos essclusives.

Ne me dites pas que vous n’avez pas apprécié de Grand Prix de Monaco tout de même! Avec environ une action toutes les 15 secondes, il y a eu du suspense jusqu’à la fin.

Et cette année, le Prince de Monaco ne s’appelle pas Albert mais Sebastian. Notez, ils ont un point commun, ils sont tous les 2 sponsorisés par Infiniti (l’un dans l’exercice de son travail, l’autre pour son futur mariage).

J’ai un regret malgré tout, que sous régime du drapeau rouge on puisse changer de pneus. Cela a tué les 6 derniers tours à mon sens. J’aurais mis sans doute 10/10 à cette course, mais là ce ne sera que 9/10. Bon, on ne va pas refaire le match, vous l’avez soit vu en direct, soit lu un compte rendu dans votre quotidien sportif préféré (hein, PFE?). J’apprécie cependant le retour d’Alonso aux avant-postes (est-ce dû juste à ce circuit atypique?), la bonne tenue de Button et l’agressivité d’Hamilton, même s’il a été plus d’une fois brouillon, voire un poil optimiste (rendant de ce fait les autres pessimistes). N’empêche, Lewis a montré qu’il avait un très très gros cœur. Sans doute parce qu’il est noir, ahahahahahah!…. (pour les gens qui lisent au 1er degré, « noir » est une référence à l’une de ses déclarations après avoir été sanctionné par les commissaires de la FIA).

Beaucoup de tôle froissée aussi ce week end: Petrov aux essais (museau), Rosberg (museau+ roue AVG, et roue AVD, et pontons gauche et droit, et aileron et sidepod et… bref, tout), Sergio Perez, brillant jusque-là et qui a frisé la correctionnelle sur ce ****** d’angle; Glock en course, ainsi que Hamilton, Massa, Sutil,re-Hamilton,  Alguersuari, Petrov (encore?), etc… (je dois en oublier…).

D’ailleurs, en EXCLU MONDIALE DE L’UNIVERS, les SEULES photos des monoplaces de Perez et Petrov que vous ne verrez nulle part ailleurs, prises après leur crash respectif! Alors c’est qui le plus fort?

Melbourne 1 sur 19, Moteur… Action… CLAP!

Enfin! IL est arrivé! Qui? Et bien ce premier Grand Prix de la Saison 2011! Faut dire qu’on l’aura attendu après l’annulation de la manche d’ouverture à Barheïn. Bref.

La lumière s’est enfin faite sur la plateau et la première scène a pu être jouée. Pour un tiercé qui balance entre classicisme et nouveauté. Classicisme pour le Champion du Monde en titre, pour son dauphin Lewis Hamilton (il fait partie des « classiques », déjà, non?), quoique cette deuxième place est quand même une nouveauté pour une McLaren que l’on disait à la peine. Mais encore une fois, l’équipe de Woking nous montre sa puissance de tir. La monoplace ne semblait pas être une réussite après 4 épreuves de tests, mais en 15 jours cela a cogité dur, fait un peu marche arrière pour finalement démontrer que cette voiture est tout simplement compétitive. Dans son cas il semblerait que ce fussent les « audaces » techniques qui ne fonctionnaient pas, mais, à l’évidence, la base était bonne. mais la vraie surprise (ou nouveauté) c’est une Lotus Renault GP sur le podium avec Vitaly Petrov. Je ne vais pas en faire des caisses sur le Russe (car visiblement presque tout le monde, au lendemain de ce GP s’ébroue sur l’air du « j’le savais qu’il avait du potentiel ce Vitaly, j’vous l’avais bien dit! »), mais juste une chose: le hasard a rarement sa place en F1. Aussi les 3/4 coups d’éclat réalisés en 2010 parlaient pour lui, à mon sens (départ de dingue à son 1er ou 2è GP sous la pluie, 7è en Chine,  5è en Hongrie, 6è à Abu Dhabi devant Alonso). Au passif, beaucoup de 15è ou 16è places, d’abandons (le crash au bout de 150 mètres au GP du Japon…) malgré tout, qui font que ça a dû chauffer pour lui cet hiver. Mais il s’améliore c’est certain. Ne nous leurrons pas, des bas il y en aura d’autres cette saison. Mais ce podium il est allé le chercher tout seul. Bravo, donc. La pression de la réussite est sans doute plus supportable que la pression de la défaite. Peut-être est-il du même modèle que Mark Webber, à maturation (très) lente. L’avenir nous le dira.

Alors en guise de dessin j’ai tout de suite pensé au western « Le bon, la brute et le truand ». Avec dans le rôle du « Bon » Sebastian Vettel, le CDM en titre, tout est logique, dans le rôle de la « Brute », Lewis Hamilton… car il s’est battu comme un beau diable pour rester au contact de Vettel, et qu’il a transformé le fond plat de sa monoplace en une sorte de feuille morte qui volait au vent! Et le « Truand », ben… c’est Petrov, parce qu’il les a bien truandés, les Alonso, Massa, Button, Schumi & Co!

Attention tout de même, car je pense que la Scuderia va recoller bientôt. Restent les Mercedes, réelle déception de ce début de championnat ( bon ok il y a aussi HRT, mais dans un autre registre). Saluons comme il se doit enfin la prestation du jeune Perez, qui a comme Petrov, une grosse étiquette « Pilote Payant » dans le dos, et qui montre qu’en général on n’arrive pas en F1 par l’action du Saint Esprit.