PIERRE, SOLIDE COMME UN ROC !

Bon, on en parle ou pas de cette victoire du Français Pierre Gasly ? Evidemment qu’on en parle ! Nan mais, qui, je dis bien QUI aurait pu prédire cette étonnante victoire ?

Vous le savez, depuis Monaco 1996 et la victoire d’Olivier Panis sur sa Ligier, nous n’avions plus jamais eu la chance d’entendre la Marseillaise sur un podium de F1…

Je vous mets le dessin fait pour le compte du circuit de Bahreïn (que vous pouvez aller liker et retweeter là: https://twitter.com/BAH_Int_Circuit/status/1302641831793090562?s=20

Pour moi, le parallèle entre la victoire improbable de Vettel sous la pluie Monza en 2008 (sa première !…) sur une Toro Rosso et la première aujourd’hui de Gasly, toujours à Monza, et toujours sur une Toro… enfin une Alpha Tauri, de Faenza, est évident.

C’est donc la même carrière que je souhaite à Pierre Gasly… (je ne parle pas de la descente aux enfers de Vettel, mais des 4 titres, évidemment !).

Il nous avait déjà gratifié de coups d’éclats, comme sa 4è place à Bahreïn en 2018 (ses premiers points… j’y étais c’était dingue sur la pitlane après le GP…) et sa 2è place à Interlagos 2019.

Et là, du coup, vainqueur d’un GP… rappelons l’humiliation subie d’être rétrogradé de RBR à Toro Rosso, au profit d’Albon pour la saison 2019… Comme quoi, il y a des coups de pied au cul qui font du bien (surtout quand on voit le résultat des RedBull aujourd’hui…). 

Donc, un très grand bravo à Pierre Gasly, pour cette magnifique victoire qui marque le sport automobile français d’une… pierre blanche !

 

Cartoon du GP de SEPANG 2017

Ok, ok,  j’ai un peu tardé à publier ces planches…

Mais j’ai une excuse! Je vous en dis plus très vite…

En attendant, bonne lecture sur ce résumé de Sepang, dernière course en Malaisie, le pays n’ayant pas renouvelé son accord avec la FIA au-delà de cette année… Le dernier vainqueur sera donc Max Verstappen… qu’avez-vous pensé de cette victoire  » à la régulière »? Comme nous sommes en « back-to-back, je vous souhaite un très bon GP de Suzuka !

 

Un 3è Français sur la grille du GP de Malaisie !

Coup de tonnerre chez Toro Rosso ! Daniil Kyat est débarqué de l’équipe de Faenza et est remplacé par Pierre Gasly, dernier champion GP2 en titre (puisque depuis 2017 la discipline s’appelle F2). Dur, dur, pour le Russe, déjà éjecté en 2016 de chez La-Maison-d’en-face-de-chez-Mateschitz, RedBull. Son « self-crash », il y a 2 semaines, à Marina Bay n’ayant pas dû jouer en sa faveur…
Bien, bien, pour le Français, qui tape au portillon depuis un bon moment, et est allé patienter cette année au Japon, en Super Formula, où il occupe la 2è place du Championnat. Alors, ce n’est pas forcément le meilleur circuit pour débuter sur la Toro Rosso (on l’a vue à l’aise sur les tracés urbains de Singapour, ou Sainz a fini 4è, et 6è à Monaco et 8è à Baku), mais en général la course de Sepang est toujours pleine de surprises, et, qui sait, il pourrait marquer des points pour sa première course de F1.

Quoi qu’il en soit, cette pige (car à l’heure où je vous écris il ne s’agît que d’une pige) durera au moins 2 courses, Sepang et Suzuka. Cela aura le mérite au moins de juger du niveau du jeune Normand au volant d’une F1.

Cela faisait un moment que nous n’avions pas vu autant de Français sur la grille en tout cas ! Est-ce l’effet Macron ? (< naaan, je rigole…).

Allez, on lui souhaite le meilleur, un brin de réussite et du mordant !

JE SUIS REVIENDU !…

rosvivian-copie

 

BONJOUR, BONJOUR, les amis !

Tout d’abord, je vous présente toutes mes excuses pour cette très très (trop ?) longue absence de ce blog.
Mon année a été très chargée et je n’ai pas su trouver le temps nécessaire pour vous écrire… j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur!

A part ça, j’espère que vous allez toutes et tous bien et que cette année de sport automobile vous a plu !

La F1… commençons par la F1.
Perso, j’ai trouvé cette saison assez intéressante, alors que la bataille pour le titre Constructeurs ne laissait entrevoir aucun suspense depuis… Melbourne en ouverture de championnat.
Déception -pour ma part- des performances Ferrari et Williams, incapables de quoi que ce soit. Ces deux équipes dégringolent. Red Bull au contraire a su remonter la pente, et de fort belle manière avec 2 victoires (Barcelone et Malaisie) dues sans aucun doute à l’abandon du poussif moteur Renault pour le performant Tag Heuer ! (Si jamais certains d’entre-vous avaient hiberné depuis 15 mois, je rappelle à toutes fins utiles que RBR a rebadgé ses moteurs Renault en Tag Heuer l’hiver dernier, mais que le mérite revient aux hommes de Viry-Châtillon qui ont accompli des progrès considérables depuis la dernière inter-saison. D’ailleurs, RBR ne s’y est pas trompé en prolongeant pour 2 ans la location de moteur Renault pour ses Red Bull… et ses Toro Rosso qui abandonneront donc le Ferrari client dès 2017).

En terme de déception, Renault en est une évidemment. Mais soyons lucides, il ne pouvait en être autrement, la décision de revenir ayant été prise très tard fin 2015, il a fallu composer avec le chassis d’Enstone à court de développement depuis trop longtemps. Les hommes de Frédéric Vasseur devraient faire un bon pas en avant en 2017 (avec qui plus est les nouvelles règles qui remettent les compteurs à -presque- zéro entre les équipes). L’arrivée en outre de Nico Huldenberg devrait faire du bien au moral des troupes (à ce propos, je suis très déçu par Magnussen qui n’a pas du tout joué le rôle de locomotive chez les Jaunes et qui a été souvent surclassé par Jolyon Palmer…).

La nouvelle équipe Haas a fait illusion au début, mais a eu beaucoup de mal à confirmer sur l’ensemble de la saison. J’ignore si leur partenariat technique avec la Scuderia Ferrari se prolonge en 2017 (cette année ils avaient -grosso modo- une Ferrari client avec Boîte de vitesse, moteur, suspensions fournis par Maranello, et un design carrosserie assez ressemblant).

Force India me semble être aussi une des équipes qui mérite un compliment. Finir 4è du Championnat devant Williams, McLaren, Renault et consorts est une sacrée performance ! Et avec si peu de moyens !

2017 a aussi été l’année de la révélation d’un pilote: Max Verstappen. Alors lui, on l’adore ou on le déteste visiblement. Mais il faut avouer, autant son père, en plus d’être une tête de con était un mauvais pilote (Jos The Boss… tu parles !), autant mini Max (< t’as vu la blague-Lol) a l’étoffe d’un grand. On peut en discuter, batailler sur ses manœuvres parfois limites, moi j’adore parce que j’ai trouvé qu’il apportait un vent de fraîcheur sur la discipline. On a revu, grâce à lui, des dépassements à couper le souffle, mais surtout, j’ai été scotché par sa maîtrise sous la pluie au Brésil… comme Jésus il marchait sur l’eau, mais en plus il allait vite-lui ! Et puis entre nous, on peut crier qu’il est protégé par la FIA, mais est-ce que les autres pilotes ne sont pas un peu frileux ? C’est quand même la F1, non ?

Un autre pilote a été révélé… j’ai nommé… Nico Rosberg ! Pour le dire vite, je n’aurais pas parié un kopeck sur lui en début de saison, tant Hamilton me paraît supérieur. D’ailleurs, leurs statistiques personnelles montrent bien le fossé entre eux. Mais aussi leur déroulement de carrière: l’arrivée de Lewis en 2007 chez McLaren où il fait jeu égal, d’emblée, avec Alonso… et loupe le titre à 1 point près… pour finalement devenir champion sa 2è saison… Et puis ses 53 victoires (Top 2 au Panthéon de la F1) et ses 61 pole-positions (Top 3 -pour l’instant- au Panthéon de la F1) … wahou, ça file le vertige… Je vous signale que vous êtes en train de vivre -en live- la carrière d’un des 3 plus grands pilotes de l’histoire de la F1, même si les époques ne sont pas comparables… Reste Schumi, inaccessible…
Mais revenons à Rosberg.
Nico n’avait rien au départ… ou il avait tout. Selon de quel point de vue l’on se place. Je dis « rien » car visiblement les fées du sport auto ne se sont pas penchées sur son berceau à sa naissance. « Tout » car son père était champion du monde 1982, ce qui doit ouvrir bien des portes. Mais le monde en général, du sport-auto en passant par le cinéma, la chanson, etc… regorge de « fils de… » qui n’ont jamais rien fait de bon. Mais je suis convaincu que Nico fait partie des besogneux. Des travailleurs. Ceux qui, à la force du poignet et avec une bonne dose d’abnégation, vont réussir à rattraper les talentueux. C’est ma conviction: il a travaillé tellement dur, tout le temps (quand d’autres se trémoussent aux Grenadines à moitié à poil avec Rihanna, suivez mon regard…) qu’au final… eh bien ça l’a fait! Une petite dose de chance (être plus épargné que sont coéquipier d’un point de vue fiabilité), de la constance … et hop ! Un titre de Champion du Monde de F1. Alors chose amusante, Rosberg est donc devenu pour ainsi dire l’égal de son père: 1 seul titre de CDM, un titre acquis avec une victoire de moins que son concurrent direct, et 5 points de plus que son concurrent direct !
Quoi qu’il en soit, même si -vous l’avez compris- ce pilote ne m’attire pas, je trouve qu’il a amplement mérité son titre, justement parce qu’acquis face à l’un des plus grands, Hamilton. Tout allait donc mieux dans le meilleur des mondes, donc, le favori battu, l’outsider titré… et on pensait déjà à la revanche de 2017, quand patatras! Rosberg annonce le lendemain de son titre qu’il abandonne définitivement la Formule 1 ! Vu comme ça, on se dit « quel pleutre ! », il a peur de défendre son titre face à un Lewis survolté l’an prochain. Ou alors, si on est Normand on peut se dire qu’ainsi il ne fera jamais la course de trop. JAMAIS. Parti au TOP le Nico ! Et pour le coup, Massa, Button et beaucoup d’autres pourraient se demander à juste titre s’ils ne l’ont pas faite, eux, cette course de trop…

Pour 2017, avec les nouvelles réglementations aéro et pneus, j’espère que l’ordre établi ces 3 dernières années sera quelque peu chamboulé.

WEC: vous le savez, cette année, en plus de mes collaborations avec Motorsport.com et le circuit de Bahreïn, j’ai aussi travaillé pour le WEC. Ce qui m’a forcé du coup à regarder plus en détail cette discipline. Et là j’avoue que j’ai été comblé. Les différentes catégories (avec environ 18 secondes d’écart entre les meilleurs Proto et les dernières GT), le fait que ce soit un sport d’équipe à 3 pilotes, le format des courses (24h pour le Mans et 6h pour les autres courses) rendent le suivi d’une course plus intense, plus complexe et offre souvent plus de rebondissements. Et les voitures sont vraiment belles ! Quant à l’ambiance, elle est évidemment plus cool qu’en F1, les gens et les pilotes sont plus abordables, qu’ils soient jeunes, moins jeunes, connus ou inconnus. Je vous ferai d’ici peu un billet spécial WEC à Bahreïn où j’étais en déplacement il y a peu, avec plein de photos à l’appui.

J’ai manqué de temps cette année pour suivre le GP2 et le GP3, même si je suis content de voir Pierre Gasly gagner le titre dans l’antichambre de la F1.

Par contre, il y a un truc qui m’a fait tripper et que j’ai découvert sur Internet, c’est le championnat de Super Truck, formule mono-type de gros pickups dont j’ai vu des vidéos à Adélaïde: sur le tracé urbain sont disposés des rampes et les Trucks les sautent durant la course… spectaculaire au possible. Jetez-y un œil, ça vaut le coup !

> http://stadiumsupertrucks.com/about/

Au chapitre des nouvelles, Michel Disdier, pilote Français ira courir en Nascar Truck Series à Daytona le 24 février 2017 dans une auto… décorée par mes soins sur une idée de base à lui… j’ai hâte !

Maintenant la parole est à vous ! Qu’avez-vous retenu de 2016 ? Quels sont les pilotes, les équipes, les disciplines qui vous ont plus ? C’est la libre antenne ! A bientôt.

Amitiés

Cirebox