Soixante cinq…

 

65…

Non, ce n’est pas mon âge, mais le nombre  de Pole Positions qu’a obtenu Lewis Hamilton, à égalité avec Ayrton Senna  le week end dernier à Montréal…

Egaler Ayrton Senna… Wahou ! Il l’avait déjà fait sur le nombre de titres-3. Et l’a pulvérisé sur le nombre de victoire (à ce jour, 56 contre 41).

Je vous signale, mine de rien, que vous êtes des sacrés veinards de vivre à notre époque et d’assister à la consécration d’un des plus grands pilotes de l’histoire de la F1. Ok, vous pouvez ne pas l’aimer. C’est votre droit. N’empêche. Après avoir lu ces lignes, vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas. Hamilton Lou-iss,  est en train de filer un coup de vieux aux anciennes générations de la F1. Car, n’en doutez pas, il ne va pas s’arrêter en si bon chemin.

Résumons. Record de titres: 7 ( Schumi, puis 5 pour Fangio, 4 pour Prost et Vettel), Lewis en est à 3 (comme Senna donc, ainsi que Brabham, Stewart, Lauda et Piquet… essscusez du peu…).

Record de Pole Positions: 68 ( Schumi), Lewis en est à 65.

Record de Victoires: 91 ( Schumi), Lewis en est à 56.

So, ouate next ?  Bah, next c’est peut-être à Silverstone dans 3 GP que Lewis égalise (avant de dépasser) Schumi. Il sera alors dans cet exercice au pinacle. Et s’il remporte le titre cette année, il égalera Prost (dont il a déjà explosé le nombre de victoires) et Vettel. Vettel pour qui j’ai un vrai respect et qui lui pourrait égaler Fangio… vous imaginez, dans 30 ans, les types sur la route qui disent à quelqu’un qui les double vite sur la route,  » Eh ! Ça va pas, mais y’s’prend pour Vettel, çui-làl ! »

Bref, j’aime beaucoup la trajectoire d’Hamilton (vous l’aurez compris) mais je trouve qu’en plus il n’évolue pas dans une période sans concurrence… il a eu sur sa route bien d’autres champions du monde, genre Alonso, Raikkonen, Button, Schumacher (Ze Retour !) Vettel et Nico Rosberg (que je n’ai jamais aimé à cause de son charisme d’huître, mais dont il faut reconnaître qu’il est monté en puissance avant de lâchement abandonner la F1 après son 1er -seul- titre acquis).

Ce qui sera intéressant à suivre, concernant Hamilton, ce sont ses choix de carrière. McLaren en 2007: top class. Mercedes en 2013… bah je me disais qu’il faisait une sonnerie (merci pour la cédille….) et en fait c’était LE bon choix. Comme la F1 marche par cycles, si sa carrière dure, il lui faudra changer d’équipe… ou bouffer de la vache enragée, car quelle que soit la suprématie de Mercedes  ces dernières années, elle  aura une fin. Je n’invente rien, voyez l’historique de Ferrari, McLaren, Williams, Renault (pour ne parler que de ceux encore en activité). Et un bon pilote dans une mauvaise voiture (l’inverse est presque aussi vrai) ne donne rien.

Hamilton détiendra donc dans peu de temps le record de  Pole Positions. Quant aux victoires et au titres, ce sera plus compliqué, mais qui sait ? Et vous, vous la voyez comment sa carrière?

 

Sinon j’ai commis 3 planches de BD sur ce GP du Canada que vous ouvre lire ici.

Publicités

5 à Pour

… et le vainqueur est le…. N°5! J’ai nommé Sebastian Vettel! Profitant de la petite forme des Mercedes, le teuton ne tâtonne pas! Il éclate tout sur son passage et remporte sa 42è victoire!
Retour en images exclusives sur ce Grand Prix!

Pour lire c’est ici: http://fr.motorsport.com/f1/news/le-grand-prix-de-singapour-vu-par-cirebox/

 

Vous pouvez bien entendu laisser des commentaires et partager à foison. Merci bien!

f1-gp-de-singapour-2015-le-gp-de-cirebox-singapour-1

Grand Prix d’Abou Dhabi

Gâtés nous sommes! GP le week-end dernier, GP ce week end! Un « back to back » comme on dit dans le jargon de la F1.
Après le sacre de Sebastian Vettel dimanche dernier, à quoi pouvons-nous nous attendre? Un relâchement du limonadier? Si vous pensez cela, vous vous fichez le doigt dans l’œil jusqu’au coude! RedBull continuera de pousser, fort de sa monoplace supérieure à la concurrence. Quant à Vettel, je ne vois aucune raison pour qu’il relâche ses efforts. Que ce soit pour prouver qu’il mérite son titre, où juste pour s’amuser, il sera aux avant-postes, sans l’ombre d’un doute.
Qui pour le courser? Ben tous les autres, évidemment. D’Alonso à Hamilton, en passant par Rosberg, Button, Raikkonen le fâché, Grosjean, Massa.

En attendant un petit dessin d’Halloween, même si j’exècre cette fête, comme tout Français poujadiste qui se respecte!
Vettel_Halloween_2013_jpeg

Les Diamants sont éternels.

Ce grand prix d’Abou Dhabi, riche en rebondissements nous a offert un tiercé d’exception: 1 Raikkonen, 2 Alonso, 3 Vettel. Trois grands champions dont il faut se féliciter de les voir réunis sur un podium.

Kimi: très belle victoire au panache, même s’il est vrai qu’Hamilton la lui a sans doute servie sur un plateau en abandonnant au 20è tour sur panne. On ne saura jamais si Kimi aurait pu gagner sans cet abandon. Mais, sa victoire, il l’a construite dès le 1er virage. En admettant que l’abandon de Lewis était un fait inéluctable, la suite des opérations consistait à être celui qui pourrait reprendre le leadership. Et en se retrouvant 2è au premier virage (il était 4è, souvenez-vous sur la grille, suite au déclassement de Vettel), il fut celui-là. Reconnaissons que sa wouature, même si elle se comporte bien, n’est ni une RedBull, ni une McLaren, ni une Ferrari. Il fallait donc la garder cette P1, et sa grande science de la course a fait le reste. Même avec deux Safety Cars qui ont anéanti l’avance qu’il avait su se constituer. Chapeau bas, Kimi, il vient de prouver que son retour après 2 ans d’absence est un succès (et sa 3è place au championnat aussi).

Fernando: 6è sur la grille, il a encore fait un magnifique départ. Alors on pourra dire que lui aussi a eu un poil de chance, comme Kimi: l’abandon de Lewis, la « non-course » de Mark Webber, le sabordage de Maldonado (3è sur la grille et 5è à l’arrivée). Bref, au-delà de la chance, c’est sa vision de la course ainsi que sa très grande maîtrise qui l’ont propulsé à cette 2è place amplement méritée qui fait de lui à ce jour le seul challenger en lice de Vettel pour l’attribution du Titre de Champion du Monde de F1 2013. Au passage, sa monture, au sujet de laquelle on entend dire tout et n’importe quoi, ne doit quand même pas être si mauvaise que ça.

Sebastian: dans mon for intérieur, je me demande si ce n’est pas lui « l’homme de la course ». Parti dernier après avoir été exclu des qualifications, ayant en outre fait très peu de tours lors des essais, il nous a démontré qu’il avait du panache. De dernier donc, il est remonté aux alentours de la 14è place avant de s’arrêter pour changer d’aileron. Il repart -encore- dernier pour finir finalement 3è! Comme les 2 pilotes précédemment cités, lui aussi a eu de la chance (même plus) que Lewis, Mark, Felipe, Nico, Schumi, Perez, Romain et consorts aient eu des ennuis/pépins/abandons. Et du coup, ce qui s’annonçait comme un calvaire pour lui ne l’a pas été. Il ne concède que 3 points à Fernando au Championnat qui se jouera sur 2 courses (USA et Brésil).

Donc finalement, ces 3 pilotes ont eu le cul bordé de nouilles (si vous me permettez cette expression gauloise) mais c’est sans conteste la marque des champions: savoir saisir la chance quand elle se présente. Ze right man, at ze right moment, at ze right place, dit-on.

C’est donc de là que découle le titre emprunté à Ian Fleming, les diamants sont éternels. Ils ont brillé de 1000 spots dans la nuit d’Abou Dhabi. Ce qui, par association d’idées, m’a amené hier soir à faire ce dessin.

Allez, hop, 2 semaines de repos. Adieu l’Emir, je t’aimais bien tu sais, comme disait Jacques Brel, mais maintenant il me tarde de découvrir le circuit qui valait 3 milliards d’Austin (pigé la blagounette?), valonné à souhait.

QUI ABU…

… Evidemment dans un pays où l’on ne boit pas d’alcool, je ne pouvais écrire « … boira ».
Bien que j’aie l’impression que certains vont boire… le calice jusqu’à Abu Dhabi, voire jusqu’à la lie. A commencer par Fernando, qui, si on peut déjà être certain qu’il vendra cher sa peau avec un petit podium, risque d’être dompté par la machine de Newey. Un taureau battu par un autre, en somme (nan, pas le département, suivez un peu, c’est fatiguant).
« Pendant ce temps-là Grand’ Père court après la bonne »… je veux parler de Schumacher qui va chercher à obtenir une bonne performance, histoire de se rappeler au bon souvenir de tous.
Je crains donc que ce GP soit une procession ennuyeuse, avec Sebastian devant, les autres derrière. A moins que son alternateur Magnetti Marelli ne fasse des siennes! Ou qu’alors le cave se rebiffe (… Mark Webber of course!).

En attendant, votre serviteur a repris du service comme il pouvait. Je serai donc aux manettes des Live Cartoons ce dimanche après-midi. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, voici le dernier cartoon en date… EN FRANÇAIS! Ça vous la coupe, ça, hein?

Bon GP à vous, mettez-vous en plein les mirettes bicause il n’en reste que 3… à noter pour les Français que pour le GP d’Austin, TF1 la joue mini (ahahah… Austin… mini…. tu l’as comprite?) et comme la course débute à 20h, l’heure de la Grand’Messe du Journal de Claire Chazal.. ben… il ne sera diffusé que sur €urosport. Mais il existe des solutions alternatives, moi-même je n’ai pas regardé un seul GP à la télé cette année.

NIGEL VETTEL

Abou Dhabi. Avant dernier GP. Le titre est déjà joué depuis longtemps. Le Champion du Monde pourrait « gérer » tranquillou….. et laisser- par exemple- la pole à Hamilton, très régulier tout ce week-end. Pis… finalement, à quelques secondes de la fin de la séance de qualification, Hamilton doit certainement croire qu’il partira premier demain, grâce à son meilleur temps, d’ailleurs le chrono officiel de la FIA est à 0:00, il reste trois pelés sur la piste qui terminent leur tour, et là PAF! Vettel signe ENCORE la pole position. Avouez qu’il en veut le gamin. Et du coup, il vient de « tomber » un record: il égale le nombre de pole positions en une saison, soit 14. Œuvre de Nigel Mansell en 1992 avec sa Williams. La seule différence est qu’à l’époque il y avait moins de courses par an. N’empêche qu’au Brésil, dans 15 jours il pourrait définitivement s’adjuger ce record. Qu’est-ce qu’il est fort, le jeune-homme-à-l’index-levé!
Pour le moment, je fais partie de ceux qui sont « babas » devant ses performances. Évidemment, si cela devait finalement ressembler aux années Schumacher, je crois que, comme le plus grand nombre, je finirais (conditionnel) par me lasser. M’enfin d’ici là… je vous souhaite une très bonne course!

En guise d’illustration, un Vettel avec une fausse moustache à la Mansell et une architecture rendant hommage au jeune Sebastian. Bon, dessin rapidos, je vous l’accorde ayant trrrrès peu de temps en ce moment, mais nous en reparlerons…

Sir Fernando Alonso.

Et bien voilà. He did it. Il l’a fait. Arracher une victoire à Sebastian Vettel. Bien entendu, certains grincheux diront qu’il a bien été aidé par le changement de réglementation sur les diffuseurs soufflés, d’autres par l’arrêt calamiteux du Champion du Monde en titre. Mouais. Il n’empêche que la Ferrari revient dans le rythme depuis 3/4 GP. Et dimanche dernier, reconnaissons que nous avons eu à faire à du beau Fernando. Celui qui ne lâche rien. Celui qui me plait en réalité. J’ai, outre sa victoire, particulièrement apprécié l’arrivée: en sortant de sa voiture, c’est un visage radieux, souriant et content, qu’il nous a offert. Je n’ai pas décelé un poil de sourcil froncé (genre revanchard), et j’ai aimé les tapes vraiment amicales données dans le dos de Vettel et Webber. Autant quand il n’est pas content, il m’agace prodigieusement (vous savez quand il a la tête des mauvais jours) , autant le compétiteur heureux me plait.

Donc Fernando Alonso a remporté le Grand Prix de Silverstone. Ce qui le replace un tant soit peu au championnat où il revient à la 3è place; mais assez loin malgré tout de Vettel. Cependant, il est comme le prédateur qui, sentant le sang de sa proie, va continuer à la traquer jusqu’au bout; Et on verra bien.

Mais il y a une chose qui me parait plus importante, c’est qu’en gagnant la course dimanche, Fernando a glané sa… 27è victoire. Et alors me direz-vous? Et bien cela fait de lui l’égal, en nombre de victoires, de Sir Jackie Stewart. Excusez du peu. Désormais, il n’y a plus devant lui que Schumacher (91 victoires), Prost (51), Senna (41) et Mansell (31). Comme sa carrière est loin d’être terminée, gageons qu’il dépassera le vieux moustachu dans pas très longtemps. Et figurez-vous que désormais, toujours en nombre de victoires, il laisse derrière lui: Jim Clark, Niki Lauda, Fangio, Piquet (le père, hein, pas le fils…), Hill (Damon, mais aussi Graham) , Hakkinen, Raikkonen, Moss, et tant d’autres. Et ça, ça cause velu.

A titre de comparaison, dans les pilotes en activité, Vettel (16 victoires), Hamilton (15), Massa (11), Barrichello (10), Button (10), Webber (6), Trulli et Kova (1) sont loin derrière. On pourrait rajouter Kubica (1).

Donc pour cette victoire en terre anglaise (… et pour les 60 ans de Ferrari), monsieur Alonso je vous tire mon chapeau, et vous anoblis par ce petit dessin.

(clic on ze dessin)