QUI ABU…

… Evidemment dans un pays où l’on ne boit pas d’alcool, je ne pouvais écrire « … boira ».
Bien que j’aie l’impression que certains vont boire… le calice jusqu’à Abu Dhabi, voire jusqu’à la lie. A commencer par Fernando, qui, si on peut déjà être certain qu’il vendra cher sa peau avec un petit podium, risque d’être dompté par la machine de Newey. Un taureau battu par un autre, en somme (nan, pas le département, suivez un peu, c’est fatiguant).
« Pendant ce temps-là Grand’ Père court après la bonne »… je veux parler de Schumacher qui va chercher à obtenir une bonne performance, histoire de se rappeler au bon souvenir de tous.
Je crains donc que ce GP soit une procession ennuyeuse, avec Sebastian devant, les autres derrière. A moins que son alternateur Magnetti Marelli ne fasse des siennes! Ou qu’alors le cave se rebiffe (… Mark Webber of course!).

En attendant, votre serviteur a repris du service comme il pouvait. Je serai donc aux manettes des Live Cartoons ce dimanche après-midi. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, voici le dernier cartoon en date… EN FRANÇAIS! Ça vous la coupe, ça, hein?

Bon GP à vous, mettez-vous en plein les mirettes bicause il n’en reste que 3… à noter pour les Français que pour le GP d’Austin, TF1 la joue mini (ahahah… Austin… mini…. tu l’as comprite?) et comme la course débute à 20h, l’heure de la Grand’Messe du Journal de Claire Chazal.. ben… il ne sera diffusé que sur €urosport. Mais il existe des solutions alternatives, moi-même je n’ai pas regardé un seul GP à la télé cette année.

Publicités

NIGEL VETTEL

Abou Dhabi. Avant dernier GP. Le titre est déjà joué depuis longtemps. Le Champion du Monde pourrait « gérer » tranquillou….. et laisser- par exemple- la pole à Hamilton, très régulier tout ce week-end. Pis… finalement, à quelques secondes de la fin de la séance de qualification, Hamilton doit certainement croire qu’il partira premier demain, grâce à son meilleur temps, d’ailleurs le chrono officiel de la FIA est à 0:00, il reste trois pelés sur la piste qui terminent leur tour, et là PAF! Vettel signe ENCORE la pole position. Avouez qu’il en veut le gamin. Et du coup, il vient de « tomber » un record: il égale le nombre de pole positions en une saison, soit 14. Œuvre de Nigel Mansell en 1992 avec sa Williams. La seule différence est qu’à l’époque il y avait moins de courses par an. N’empêche qu’au Brésil, dans 15 jours il pourrait définitivement s’adjuger ce record. Qu’est-ce qu’il est fort, le jeune-homme-à-l’index-levé!
Pour le moment, je fais partie de ceux qui sont « babas » devant ses performances. Évidemment, si cela devait finalement ressembler aux années Schumacher, je crois que, comme le plus grand nombre, je finirais (conditionnel) par me lasser. M’enfin d’ici là… je vous souhaite une très bonne course!

En guise d’illustration, un Vettel avec une fausse moustache à la Mansell et une architecture rendant hommage au jeune Sebastian. Bon, dessin rapidos, je vous l’accorde ayant trrrrès peu de temps en ce moment, mais nous en reparlerons…

Sir Fernando Alonso.

Et bien voilà. He did it. Il l’a fait. Arracher une victoire à Sebastian Vettel. Bien entendu, certains grincheux diront qu’il a bien été aidé par le changement de réglementation sur les diffuseurs soufflés, d’autres par l’arrêt calamiteux du Champion du Monde en titre. Mouais. Il n’empêche que la Ferrari revient dans le rythme depuis 3/4 GP. Et dimanche dernier, reconnaissons que nous avons eu à faire à du beau Fernando. Celui qui ne lâche rien. Celui qui me plait en réalité. J’ai, outre sa victoire, particulièrement apprécié l’arrivée: en sortant de sa voiture, c’est un visage radieux, souriant et content, qu’il nous a offert. Je n’ai pas décelé un poil de sourcil froncé (genre revanchard), et j’ai aimé les tapes vraiment amicales données dans le dos de Vettel et Webber. Autant quand il n’est pas content, il m’agace prodigieusement (vous savez quand il a la tête des mauvais jours) , autant le compétiteur heureux me plait.

Donc Fernando Alonso a remporté le Grand Prix de Silverstone. Ce qui le replace un tant soit peu au championnat où il revient à la 3è place; mais assez loin malgré tout de Vettel. Cependant, il est comme le prédateur qui, sentant le sang de sa proie, va continuer à la traquer jusqu’au bout; Et on verra bien.

Mais il y a une chose qui me parait plus importante, c’est qu’en gagnant la course dimanche, Fernando a glané sa… 27è victoire. Et alors me direz-vous? Et bien cela fait de lui l’égal, en nombre de victoires, de Sir Jackie Stewart. Excusez du peu. Désormais, il n’y a plus devant lui que Schumacher (91 victoires), Prost (51), Senna (41) et Mansell (31). Comme sa carrière est loin d’être terminée, gageons qu’il dépassera le vieux moustachu dans pas très longtemps. Et figurez-vous que désormais, toujours en nombre de victoires, il laisse derrière lui: Jim Clark, Niki Lauda, Fangio, Piquet (le père, hein, pas le fils…), Hill (Damon, mais aussi Graham) , Hakkinen, Raikkonen, Moss, et tant d’autres. Et ça, ça cause velu.

A titre de comparaison, dans les pilotes en activité, Vettel (16 victoires), Hamilton (15), Massa (11), Barrichello (10), Button (10), Webber (6), Trulli et Kova (1) sont loin derrière. On pourrait rajouter Kubica (1).

Donc pour cette victoire en terre anglaise (… et pour les 60 ans de Ferrari), monsieur Alonso je vous tire mon chapeau, et vous anoblis par ce petit dessin.

(clic on ze dessin)

GP de Chine: Et Lewis ne bouda pas son plaisir…

Wahou… quel course! Que de dépassements, que d’action, que d’incertitudes! Une vraie course de F1! Podium presque inespéré, un Hamilton rusé (dans les stratégies) et combatif qui fait trébucher l’homme fort du moment: Sebastian Vettel.

J’adore Vettel. Ce type est brillant, doué et précoce. Mais je déteste les dominations absolues, j’ai l’impression de replonger 10 ans en arrière à l’époque de l’hégémonie Schumacher où -avouons-le-  on s’ennuyait ferme. En plus cela tombe très bien avant 3 semaines d’intervalle, ça va gamberger dur dans les usines!  Ne nous leurrons pas, les 18 points engrangés par Vettel feront sans doute la différence en fin de saison. Mais en l’occurrence, saluons comme il se doit la victoire de Lewis Hamilton. Bon sang quel pilote!

Saluons au passage l’énorme course de l’Australien Webber: 18è sur la grille, 3è à l’arrivée, il n’y a pas beaucoup d’exemples comme cela (de mémoire, Schumi l’a fait avec Ferrari, Coulthard (à Spa?) et Kimi à l’époque McLaren aussi). Webber qui, s’il n’a pas gagné, doit être super content de voir son « team mate » se faire mater!

Petites déceptions chez: LRGP, 2 points après 2 podiums consécutifs ça parait maigre, Les Sauber moins véloces (pourtant les 2 pilotes sont des attaquants), et un Alonso dont la monture n’est pas au meilleur de sa forme.

Petite interrogation: les MGP ont eu l’air dans le coup (enfin… Rosberg) en course. Info ou intox?

Maintenant, soyons prêt à affronter 3 semaines de vaches maigres avant le prochain GP. Portez-vous bien!

« I’m not a number, I’m a free man! » (Le Prisonnier)

Alors ça, j’ai trouvé que c’était un bon cru cette édition du GP de Silverstone ! De la haine, de la violence, des larmes, de la sueur… bref un scénario bien ficellé. Tout d’abord Mark Webber qui vient -encore-  de prendre du galon: victoire extrêmement méritée tant il a surclassé tout le monde. Intouchable en fait. Comme à Barcelone et Monaco. Et visiblement la victoire est plus que sportive: elle est morale. Cela faisait longtemps que Vettel était considéré comme le chouchou, mais l’Australien est en train de se mettre en travers de son chemin. Non pas pour devenir chouchou à la place du chouchou, mais pour devenir le leader de l’équipe. On lui refuse l’aileron dernier cri? Qu’à cela ne tienne, « j’vais vous montrer moi que même avec une pèle à gâteau en guise d’aileron je serai devant au premier virage et jusqu’au dernier ! »

Derrière nous avons un Hamilton ENCORE diablement efficace. Lui aussi mouille la chemise. Un brin de chance peut être, quoique. Tout l’opposé en tout cas de Fernando « la guigne » Alonso. Pourtant qualifié à une très bonne 3è place, il loupe son départ, se retrouve coincé derrière Kubica, le double en coupant une chicane, écope d’une pénalité mais se fait avoir par l’entrée en piste de la voiture de sécurité, repart dans les profondeurs du classement et pour finir est obligé de repasser une deuxième fois au stand pour crevaison suite à un contact avec Liuzzi. Lui qui avait fait LE transfert de l’année en allant chez Ferrari qui lui avait fait un pont d’or… ça doit pas rigoler tous les jours dans l’équipe en ce moment ! Alonso étant très mauvais perdant… Remarquez, pas de jaloux à la Scuderia, Massa aussi a été complètement largué ce week end. Bref, ils finissent 14è et 15è, et ça, pour des voitures rouges, c’est pas fameux fameux …

Le dessin ci-dessous est donc la réponse du berger à la bergère, à savoir qu’il fait écho au précédent dessin illustrant la pole position de Sebastian Vettel.  Un dessin majeur vous en conviendrez. D’ailleurs, que vous commenciez du pouce ou de l’auriculaire, le majeur est toujours le 3è doigt … et Mark en est à sa 3è victoire. Coïncidence ?