JE SUIS REVIENDU !…

rosvivian-copie

 

BONJOUR, BONJOUR, les amis !

Tout d’abord, je vous présente toutes mes excuses pour cette très très (trop ?) longue absence de ce blog.
Mon année a été très chargée et je n’ai pas su trouver le temps nécessaire pour vous écrire… j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur!

A part ça, j’espère que vous allez toutes et tous bien et que cette année de sport automobile vous a plu !

La F1… commençons par la F1.
Perso, j’ai trouvé cette saison assez intéressante, alors que la bataille pour le titre Constructeurs ne laissait entrevoir aucun suspense depuis… Melbourne en ouverture de championnat.
Déception -pour ma part- des performances Ferrari et Williams, incapables de quoi que ce soit. Ces deux équipes dégringolent. Red Bull au contraire a su remonter la pente, et de fort belle manière avec 2 victoires (Barcelone et Malaisie) dues sans aucun doute à l’abandon du poussif moteur Renault pour le performant Tag Heuer ! (Si jamais certains d’entre-vous avaient hiberné depuis 15 mois, je rappelle à toutes fins utiles que RBR a rebadgé ses moteurs Renault en Tag Heuer l’hiver dernier, mais que le mérite revient aux hommes de Viry-Châtillon qui ont accompli des progrès considérables depuis la dernière inter-saison. D’ailleurs, RBR ne s’y est pas trompé en prolongeant pour 2 ans la location de moteur Renault pour ses Red Bull… et ses Toro Rosso qui abandonneront donc le Ferrari client dès 2017).

En terme de déception, Renault en est une évidemment. Mais soyons lucides, il ne pouvait en être autrement, la décision de revenir ayant été prise très tard fin 2015, il a fallu composer avec le chassis d’Enstone à court de développement depuis trop longtemps. Les hommes de Frédéric Vasseur devraient faire un bon pas en avant en 2017 (avec qui plus est les nouvelles règles qui remettent les compteurs à -presque- zéro entre les équipes). L’arrivée en outre de Nico Huldenberg devrait faire du bien au moral des troupes (à ce propos, je suis très déçu par Magnussen qui n’a pas du tout joué le rôle de locomotive chez les Jaunes et qui a été souvent surclassé par Jolyon Palmer…).

La nouvelle équipe Haas a fait illusion au début, mais a eu beaucoup de mal à confirmer sur l’ensemble de la saison. J’ignore si leur partenariat technique avec la Scuderia Ferrari se prolonge en 2017 (cette année ils avaient -grosso modo- une Ferrari client avec Boîte de vitesse, moteur, suspensions fournis par Maranello, et un design carrosserie assez ressemblant).

Force India me semble être aussi une des équipes qui mérite un compliment. Finir 4è du Championnat devant Williams, McLaren, Renault et consorts est une sacrée performance ! Et avec si peu de moyens !

2017 a aussi été l’année de la révélation d’un pilote: Max Verstappen. Alors lui, on l’adore ou on le déteste visiblement. Mais il faut avouer, autant son père, en plus d’être une tête de con était un mauvais pilote (Jos The Boss… tu parles !), autant mini Max (< t’as vu la blague-Lol) a l’étoffe d’un grand. On peut en discuter, batailler sur ses manœuvres parfois limites, moi j’adore parce que j’ai trouvé qu’il apportait un vent de fraîcheur sur la discipline. On a revu, grâce à lui, des dépassements à couper le souffle, mais surtout, j’ai été scotché par sa maîtrise sous la pluie au Brésil… comme Jésus il marchait sur l’eau, mais en plus il allait vite-lui ! Et puis entre nous, on peut crier qu’il est protégé par la FIA, mais est-ce que les autres pilotes ne sont pas un peu frileux ? C’est quand même la F1, non ?

Un autre pilote a été révélé… j’ai nommé… Nico Rosberg ! Pour le dire vite, je n’aurais pas parié un kopeck sur lui en début de saison, tant Hamilton me paraît supérieur. D’ailleurs, leurs statistiques personnelles montrent bien le fossé entre eux. Mais aussi leur déroulement de carrière: l’arrivée de Lewis en 2007 chez McLaren où il fait jeu égal, d’emblée, avec Alonso… et loupe le titre à 1 point près… pour finalement devenir champion sa 2è saison… Et puis ses 53 victoires (Top 2 au Panthéon de la F1) et ses 61 pole-positions (Top 3 -pour l’instant- au Panthéon de la F1) … wahou, ça file le vertige… Je vous signale que vous êtes en train de vivre -en live- la carrière d’un des 3 plus grands pilotes de l’histoire de la F1, même si les époques ne sont pas comparables… Reste Schumi, inaccessible…
Mais revenons à Rosberg.
Nico n’avait rien au départ… ou il avait tout. Selon de quel point de vue l’on se place. Je dis « rien » car visiblement les fées du sport auto ne se sont pas penchées sur son berceau à sa naissance. « Tout » car son père était champion du monde 1982, ce qui doit ouvrir bien des portes. Mais le monde en général, du sport-auto en passant par le cinéma, la chanson, etc… regorge de « fils de… » qui n’ont jamais rien fait de bon. Mais je suis convaincu que Nico fait partie des besogneux. Des travailleurs. Ceux qui, à la force du poignet et avec une bonne dose d’abnégation, vont réussir à rattraper les talentueux. C’est ma conviction: il a travaillé tellement dur, tout le temps (quand d’autres se trémoussent aux Grenadines à moitié à poil avec Rihanna, suivez mon regard…) qu’au final… eh bien ça l’a fait! Une petite dose de chance (être plus épargné que sont coéquipier d’un point de vue fiabilité), de la constance … et hop ! Un titre de Champion du Monde de F1. Alors chose amusante, Rosberg est donc devenu pour ainsi dire l’égal de son père: 1 seul titre de CDM, un titre acquis avec une victoire de moins que son concurrent direct, et 5 points de plus que son concurrent direct !
Quoi qu’il en soit, même si -vous l’avez compris- ce pilote ne m’attire pas, je trouve qu’il a amplement mérité son titre, justement parce qu’acquis face à l’un des plus grands, Hamilton. Tout allait donc mieux dans le meilleur des mondes, donc, le favori battu, l’outsider titré… et on pensait déjà à la revanche de 2017, quand patatras! Rosberg annonce le lendemain de son titre qu’il abandonne définitivement la Formule 1 ! Vu comme ça, on se dit « quel pleutre ! », il a peur de défendre son titre face à un Lewis survolté l’an prochain. Ou alors, si on est Normand on peut se dire qu’ainsi il ne fera jamais la course de trop. JAMAIS. Parti au TOP le Nico ! Et pour le coup, Massa, Button et beaucoup d’autres pourraient se demander à juste titre s’ils ne l’ont pas faite, eux, cette course de trop…

Pour 2017, avec les nouvelles réglementations aéro et pneus, j’espère que l’ordre établi ces 3 dernières années sera quelque peu chamboulé.

WEC: vous le savez, cette année, en plus de mes collaborations avec Motorsport.com et le circuit de Bahreïn, j’ai aussi travaillé pour le WEC. Ce qui m’a forcé du coup à regarder plus en détail cette discipline. Et là j’avoue que j’ai été comblé. Les différentes catégories (avec environ 18 secondes d’écart entre les meilleurs Proto et les dernières GT), le fait que ce soit un sport d’équipe à 3 pilotes, le format des courses (24h pour le Mans et 6h pour les autres courses) rendent le suivi d’une course plus intense, plus complexe et offre souvent plus de rebondissements. Et les voitures sont vraiment belles ! Quant à l’ambiance, elle est évidemment plus cool qu’en F1, les gens et les pilotes sont plus abordables, qu’ils soient jeunes, moins jeunes, connus ou inconnus. Je vous ferai d’ici peu un billet spécial WEC à Bahreïn où j’étais en déplacement il y a peu, avec plein de photos à l’appui.

J’ai manqué de temps cette année pour suivre le GP2 et le GP3, même si je suis content de voir Pierre Gasly gagner le titre dans l’antichambre de la F1.

Par contre, il y a un truc qui m’a fait tripper et que j’ai découvert sur Internet, c’est le championnat de Super Truck, formule mono-type de gros pickups dont j’ai vu des vidéos à Adélaïde: sur le tracé urbain sont disposés des rampes et les Trucks les sautent durant la course… spectaculaire au possible. Jetez-y un œil, ça vaut le coup !

> http://stadiumsupertrucks.com/about/

Au chapitre des nouvelles, Michel Disdier, pilote Français ira courir en Nascar Truck Series à Daytona le 24 février 2017 dans une auto… décorée par mes soins sur une idée de base à lui… j’ai hâte !

Maintenant la parole est à vous ! Qu’avez-vous retenu de 2016 ? Quels sont les pilotes, les équipes, les disciplines qui vous ont plus ? C’est la libre antenne ! A bientôt.

Amitiés

Cirebox

Publicités

Ché-Pé d’ Allema-gneu!

Pfiou…. quel Grand Prix mes amis!

A part la course de Rosberg, que d’action! Soyons honnête, Nico n’a pas volé sa victoire, sa 7è de sa carrière, mais avec sa monture au-dessus du lot, il l’avait facile, avouons-le. Les changements de dernière minute avec l’abandon règlementaire des suspensions FRIC (assise constante entre l’avant et l’arrière) n’y ont rien changé. La Mercedes est LA machine de 2014 et pis c’est tout!. Comme la Brawn de 2009… Heureusement que ce baltringue de Hamilton s’est crashé pendant les essais -le forçant à partir 20è- pour nous éviter un One/Two ( un doublé) sur le podium. Donc Hamilton joue de malchance en Q2 dans le Stadium, éclatant un « diks » de frein. C’est simplement parce que c’est un lâche qui a toujours le pied droit sur la pédale! Voilà, c’est tout! Vous pouvez me croire 😉 Blague à part, hormis cette véritable tuile, Lewis nous a gratifié d’une course tout simplement superbe, remontant 17 places, au gré de superbes passe-d’armes, pour finir 3è, sur le podium! Quel attaquant quand même! Son titre de CDM 2008 n’est vraiment pas usurpé. Il fait, à mon humble avis, partie des 2 pilotes en activité injustement récompensés de leur talent, avec Fernando. Seulement UN titre pour l’Anglais et 2 pour l’Espagnol, alors qu’il mériteraient d’en avoir deux de plus chacun tant leur talent est immense! Enfin ce n’est que mon avis, mais quand on voit la manière qu’ils ont d’aller « au combat », c’est tout simplement éblouissant. Alonso… que gâchis chez Ferrari…. quand on voit comment il surclasse Raikkonen, on voit quels trésors de combativité il déploie! Ce qui donne une idée de son mental qu’il arrive à toujours tenir aiguisé. D’ailleurs il nous l’avait déjà montré en 2008/2009 avec Renault (F1 larguée et succès malgré tout au rendez-vous). Ce pilote ne lâche rien, jamais, et j’espère vivement pour lui qu’il puisse changer d’équipe avant sa retraite, parce que le « Mythe » Ferrari c’est bien, mais ils sont dans une spirale infernale  et je pense que de s’imaginer bloqué jusqu’en 2016 avec eux ne doit pas le réjouir…

Bon la course…

Magnifique, des combats rapprochés à tous les étages comme on les aime! Et du crash spectaculaire sans conséquence. Je veux parler de Massa, bien entendu. Je peux déjà vous annoncer que Massa pour aller à la pêche en 2015! La guigne. La scoumoune. Quand on voit ce que fait son insipide coéquipier, c’est–à-dire les points et donc les dollars qu’il rapporte à l’équipe, il ne faut pas être grand clerc pour imaginer sa prochaine retraite. Car avec des règles inchangées pour 2015, Williams va devenir une équipe courtisée. Reconnaissons-leur le fait d’avoir produit une superbe monoplace, rapide sur tout les types de circuits, ou presque. On en aura le cœur net après les tourniquet hongrois. Et donc le petit peigne-cul de Bottas signe son 3è podium d’affilée: 3è/2è/2è, les Mercedes n’ont pas intérêt à faire un faux pas! Ce Bottas n’a aucune odeur, aucune saveur, comme le 7Up, mais il faut avouer qu’il fait le boulot, et plutôt bien!

Plusieurs épisodes de « guerre » dans le peloton durant la course: Vettel qui remporte le combat rapproché contre Raikkonen et Alonso, c’était chaud, surtout pour le Finlandais avec une monoplace en lambeaux, reconnaissons-le. Il y a eu aussi le contact Hamilton-Button au 30è tour, la bagarre Alonso-Ricciardo au 60è tour (Bien l’Australien, assez « couillu »).

Au chapitre des faits marquants de la course, à part le tonneau de Massa au  1er virage (qui, soit dit en passant a ruiné la course de Ricciardo obligé de virer au large et de ressortir 14 ou 15è et qui aurait ENCORE surclassé Vettel), nous passerons sur les nombreux contacts d’Hamilton qui lui ont fait perdre au moins 20 kilos sur sa monoplace, signalons tout de même l’incendie spectaculaire dont a été victime Kvyat, l’obligeant à stopper, et le tête-à-queue de Sutil au dernier virage (tour 52) , à l’entrée de la ligne droite des stands, avec sa monoplace immobilisée durant un temps trop long, les commissaires voulant la dégager se mettant en danger… sans aucune réaction des officiels de la FIA.

Derrière, le chemin de croix se poursuit pour les Lotus, les Sauber et les Caterham… même si la 12è place de Maldonado peut être vue comme une belle performance. A ce sujet, il vient de de re-signer pour 2 ans. Vous le savez déjà, les Lotus auront un Mercedes en 2015… petite pincée au cœur, je sais, pour ceux qui croyaient qu’ils étaient mariés à toujours avec Renault… Il faudra nous y faire… En conséquence de quoi RF1 se concentrera plus sur RedBull pour retrouver le chemin du succès. Quant à Grosjean, je le vois bien ailleurs l’an prochain si des places se libèrent… mais le soutien de Total risque de ne pas suivre s’il va dans une équipe pourvue du moteur Mercedes…

Bien.

Un petit dessin valant mieux qu’un grand discours, voici mon cartoon de la course, fait pour le compte du Circuit de Bahrein, qui résume un poil la course! Bisous bisous, les amis, et dites-nous ce que vous avez pensé de cette course!

 

BIC_HockenheimGP_Race001b copie

I AM JUST A JEALOUS GUY…

Vous savez quoi? Bah, voici un petit billet qui risque au mieux de vous rappeler plein de souvenirs, au pire de vous rendre jaloux comme des poux! Et ça grâce à qui? Grâce à mon ami SEB 28 qui nous offre ces superbes photos de sa collection de miniatures de F1 (… et autres disciplines). Le facteur commun entre ces photos? L’amour immodéré que Seb28, à l’instar de beaucoup d’entre-vous (nous?), porte au Losange! Alors les amis, c’est « plaisir des yeux », rien que pour vous! Au passage, vous pourrez noter les modifications aéro des F1 grâce aux différentes versions étalées dans le temps. Vous (re-)découvrirez aussi des F1 que vous aviez oublié, comme la Williams FW 14B de 1992 (en carbone) , vous vous régalerez des reconstitutions de stands (notez les traces de pneus au sol!) réalisées par le propriétaire des miniatures, vous découvrirez des « vraies » pièces ((soupape, triangle de suspension), une reproduction de volant de la R 28 (de 2008… ou est-ce la R29 de 2009?)  (échelle 1/2 je crois), bref, une collection admirable! Seb je te remercie très chaleureusement de nous faire profiter de ta collection!

N’hésitez pas à laisser des commentaires et si d’aventure, vous avez vous aussi des trésors cachés, n’hésitez pas à les partager avec nous, je me ferai un plaisir de vous ouvrir ce blog!

 

Alpine Renault A110 Tour de Corse 1973

Alpine Renault A110-50

Alpine Renault A442 Le Mans 1978. vue profil

Benetton Renault - B197 (1997) - JA. vue profil

Benetton Renault - B201 (2001) - JB. vue profil

Camion Renault F1 Team - ING. vue attelée

Lotus Renault - 97T (1985) - AS. vue profil

piéce moteur Renault Sport F1 - soupape

piéce Renault F1 Team - R25 (2005) - bras suspension arriére (1)

Red Bull Racing - RB5 (2009) - MW. vue profil

Red Bull Racing - RB6 (2010) - SV. vue profil

Red Bull Racing - RB7 (2011) - SV. vue profil

Red Bull Racing - RB8 (2012) - MW. vue profil

Renault - RE20 (1980) - JPJ. vue moteur

Renault F1 Team - pit stop R26 (2006) - FA

Renault F1 Team - R23 (2003) - FA (1ére victoire). vue profil

Renault F1 Team - R23 (2003) - JT. vue profil

Renault F1 Team - R24 (2004) - FA. vue profil

Renault F1 Team - R25 (2005) - FA - CDM pilotes. vue pilote

Renault F1 Team - R25 (2005) - FA & GF- CDM constructeurs. vue pilotes

Renault F1 Team - R26 (2006) - FA - CDM pilotes et constructeurs. vue pilote

Renault F1 Team - R26 (2006) - FA - CDM pilotes et constructeurs. vue profil

Renault F1 Team - R27 (2007) - HK. vue profil

Renault F1 Team - R29 (2009) - RG & FA. vue face

Renault F1 Team - R29 (2009) - RG

Renault F1 Team - R30 (2010) - RK

Renault F1 Team - R202 (2002) - JT. vue profil

Renault F1 team - stand R25 (2005) - FA. vue dessus

Renault Mégane III Trophy. vue moteur

Renault R5 maxi turbo Tour de Corse 1982. vue dessus

Romain Grosjean 2012 (1)

Volant Renault F1 Team. vue face

Williams Renault - FW14 (1991) - NM. vue moteur

Williams Renault - FW14B (1992) - version carbon essais. vue moteur

Williams Renault - FW14B (1992) - version carbon essais. vue profil

Williams Renault - FW15C (1993) - DH

Williams Renault - FW16 (1994) - AS

Williams Renault - FW19 (1997) - JV

 

LONG LIVE WILLIAMS F1

Mes bons amis, dans quelques heures débuteront les essais du GP de Silverstone ((ou pierre argentée en French).
Toutes les équipes joueront à domicile, les RBR (Milton Kenes) , les Mercedes (Brackley), Lotus (Enstone), McLaren (Woking), Williams (Grove), Caterham (Leafield), Marussia (Banbury), Force India (Silverstone), hormis Ferrari, Sauber et Toro Rosso.
On a de la chance, car enfin nous voilà sur un « vrai » circuit, fait uniquement de courbes rapides, un circuit pour les audacieux. Bien évidemment, un GP à Silverstone n’en serait pas un sans 2/3 ondées plus ou moins fortes durant le week-end. On se rappellera de Felipe Massa qui avait fait 72 tête-à-queue (ou presque) il y a quelques années en course. C’est dire qu’il y aura en fonction de la météo certainement de quoi pimenter le Grand Prix.

Mais au delà de ça, cette course marquera un anniversaire important: l’écurie de Frank Williams y fêtera son 600è GP. Rien que ça!
Débuts en 1975 (certains d’entre vous n’étaient peut-être même pas nés…), cette écurie gagnera 114 victoires, et sera titrée (en tant que constructeur) 9 fois, en 1980, 81, 96, 97, 92, 93, 94, 96, et 97. Elle est aujourd’hui la seule et dernière vraie écurie de course, en ce sens qu’elle ne vit que par et pour la F1 avec toujours le même propriétaire (et fondateur). McLaren, Lotus F1 Team, Force India sont aussi des équipes non adossée à un constructeur automobile (comme Ferrari, Mercedes, Caterham et Marussia) mais ont changé plusieurs foix de propriétaires. Sauber serait dans le même cas mais est beaucoup plus jeune. RedBull et Toro Rosso étant à part.
On évoquera deux faits marquant: l’accident de Sir FW en 86 sur une route française qui le laissera paraplégique, et l’accident mortel de Senna le 1er mai 1994. Malgré cela l’équipe est toujours là et, s’il est vrai qu’elle n’a plus le lustre d’antan, elle a su se diversifier (collaboration avec Jaguar, Porsche et Audi) pour assurer sa survie.
Quoi qu’il en soit, cette équipe, fraîchement managée par Claire Williams, la fille du patron, transpire la passion. C’est vrai que nous, Français ou Francophiles avons eu plein de joie avec cette équipe lorsqu’elle fut motorisée par Renault (je parle des années 90, pas maintenant…), ou lorsqu’elle a fait courir Jacques Lafitte ou Alain Prost.
Arrêtons-nous donc un instant, mes biens chers frères, mes bien chères sœurs, et prions pour que cette écurie vive le plus longtemps possible, tel un témoin des temps passés et une vigie pour le futur (p’tain, c’est beau).

Cher Frank Williams, merci donc pour ce que vous avez réalisé! Long Live!

Williams_Twitter_back001-copie-3